Les écologistes veulent rendre la circulation alternée automatique en cas de pollution

le
3
Les écologistes veulent rendre la circulation alternée automatique en cas de pollution
Les écologistes veulent rendre la circulation alternée automatique en cas de pollution

Huit députés écologistes ont déposé ce mardi une proposition de loi à l'Assemblée nationale pour rendre automatique la circulation alternée lorsque les seuils d'alerte de pollution sont atteints. Dans ce texte, les élus souhaitent grâce à ce texte rendre obligatoire «l'automaticité du déclenchement de la circulation alternée dès qu'un certain nombre de polluants ont atteint les seuils d'alerte».

Cela ne concernerait pas les véhicules dits propres comme les voitures électriques ou hybrides. «Il y a urgence à être plus réactifs lors des pics de pollution à répétition que connaissent toutes les grandes agglomérations. Ceux-ci sont particulièrement ravageurs et appellent à des prises de décisions rapides et efficaces pour réduire les émissions», expliquent les députés.

Lors des précédents pics de pollution en mars 2014 et en mars 2015, il a fallu attendre sept jours consécutifs de pollution de l'air en Ile-de-France et de longues tergiversations entre Anne Hidalgo,la maire de Paris et Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie avant que l'Etat décide de mettre en place la circulation alternée à Paris et sa proche banlieue. Entre temps, le gros de la pollution avait disparu et les seuils d'alerte n'étaient plus d'actualité les jours des restrictions de circulation.

Reste qu'à l'échelle globale de la France, le trafic routier n'est pas le premier émetteur de particules fines. Selon le rapport d'avril 2013 du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa), les principaux secteurs émetteurs de particules fines sont l'industrie, le chauffage, l'agriculture devant le trafic routier.

Les rejets de pollution en France

Mais pour les défenseurs de l'environnement, cette situation est très différente dans les villes. Là, le secteur des transports représente 25% des émissions de polluants. Or, 35 % des Franciliens résident à moins de 200 mètres d'un axe routier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le mardi 28 juil 2015 à 15:17

    Oh, oui, je pourrais rouler avec ma Bentley. Dehors les voitures de pauvres !

  • imozen le mardi 28 juil 2015 à 15:15

    ce serait encore mieux de bannir les voitures qui roulent au diesel

  • bordo le mardi 28 juil 2015 à 15:12

    De grands démocrates... réduire les libertés individuelles au nom des croyances de leur secte, ne pas avoir d'électeurs, il suffit de juteux accords électoraux avec les socialistes et maintenant la punition des actifs ! Seuls leurs copains auraient droit de circuler ces jours là et on appellerait ces autorisation des ausweis... que des bons souvenirs.