Les écologistes réclament la proportionnelle en 2017

le
3
LES ÉCOLOGISTES RÉCLAMENT LA PROPORTIONNELLE EN 2017
LES ÉCOLOGISTES RÉCLAMENT LA PROPORTIONNELLE EN 2017

PARIS (Reuters) - Les dirigeants écologistes ont présenté lundi une proposition de loi instaurant le scrutin proportionnel pour les prochaines élections législatives prévues en 2017, une promesse de campagne que François Hollande n'évoque plus pour cette échéance.

Cette proposition fait partie d'un "paquet institutionnel" présenté lors d'une conférence de presse par les présidents des groupes écologistes de l'Assemblée, Barbara Pompili et François de Rugy, et du Sénat, Jean-Vincent Placé, ainsi qu'Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV).

"Il faut avancer, il faut sortir du débat théorique", a dit Emmanuelle Cosse, qui veut que l'exécutif "sorte du bois".

La proposition de loi prévoit d'instaurer l'élection des députés au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à un tour dans le cadre des nouvelles régions.

Le texte retient le seuil de 5% pour être admis à la répartition des sièges afin que les petites formations politiques "ne soient pas exclues du jeu politique".

Le Front de gauche, les centristes de l'UDI et du MoDem ainsi que le Front national sont favorables à l'introduction du scrutin proportionnel à laquelle Les Républicains sont farouchement opposés, invoquant la nécessité de dégager une majorité claire pour appuyer l'action du président.

De source gouvernementale, on souligne que l'introduction de la proportionnelle n'est "pas à l'ordre du jour".

EELV - dix-huit députés, dont plusieurs apparentés, à l'Assemblée et dix au Sénat - proposent également de ramener de 577 à 450 le nombre de députés.

Leur troisième proposition de loi, qui est constitutionnelle, propose de modifier l'article 49 de la Constitution par la création d'une "motion de censure constructive".

L'objectif est de permettre aux parlementaires qui mettent en cause la responsabilité du gouvernement "de proposer un successeur au poste de Premier ministre" et de "suggérer un projet politique alternatif" tout en garantissant "la stabilité des institutions en rendant impossibles les coalitions de circonstance unies seulement par le rejet du gouvernement en place et sans projet d'avenir politique".

Pour François de Rugy, ce "paquet" institutionnel a pour objectif d'assurer une meilleure représentativité de la diversité de l'opinion tout en assurant une stabilité politique à l'exécutif et enfin de rapprocher la France des "canons internationaux" en matière de nombre de députés.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 30 juin 2015 à 09:10

    S'ils croient obtenir plus de voix pour ça, ils se trompent. Quand on est nul c'est indépendant du système électoral.

  • M4484897 le lundi 29 juin 2015 à 19:19

    çà tient du suicide avec même pas deux pour cent ils n'auront peut-être même pas une place sur les escaliers

  • janaliz le lundi 29 juin 2015 à 19:06

    On y est ! Les gui.gn.ols reviennent avec leurs vieilles lunes...