Les échos du Salon: le coût du lapin et celui du stand, des médailles et la foule

le
1
Cerise, vache bazadaise, mascotte du salon de l'agriculture (AFP)
Cerise, vache bazadaise, mascotte du salon de l'agriculture (AFP)

(AFP) - La foule pour l'avant-dernier jour, samedi, du 53e Salon de l'Agriculture qui fermera ses portes dimanche soir.

Au fait, combien ça coûte un stand dans les allées? Et un beau lapin?

Combien pour ce stand?

Le Salon est une belle vitrine qui a son prix. Producteurs régionaux ou exotiques, syndicats et organisations professionnelles, institutionnels et scientifiques, tous réclament un coin de moquette pour exposer leur savoir-faire.

Pour les exposants représentant une filière (céréales, fruits, légumes...), il en coûte 191,50 euros le m2. Pour les autres -entreprises, institutionnels, fabricants de saucisses ou de madeleines, etc.-, c'est 214 euros le m2.

A ce prix de base, il convient d'ajouter l'aménagement du stand -vitrines, sièges, écrans...-, son animation, l'électricité, et les cocktails ou dégustations en prime, rappellent les organisateurs.

Un sacrifice qui se justifie par les contacts, neuf jours durant, avec les professionnels et le grand public. Et qui est aussi la marque de la réussite, comme pour Air Innov', toute jeune start-up spécialisée dans les drones apparue il y a quatre ans ici et qui trône désormais au beau milieu du Hall 4, celui du ministère de l'Agriculture, de la FNSEA, entre la coopération agricole et les agronomes de l'INRA.

Le coût du lapin...

Les enfants passent un doigt méfiant dans la cage, mais les lapins restent impassibles en attendant d'être vendus. Les rongeurs aux grandes oreilles sont en vente au Salon, mais attention, les prix varient selon la race et l'appréciation du jury.

Les lapins sont notés sur 100 points, selon différents critères: l'aspect général, le poids (jusqu'à 9 kilos pour le plus lourd du Salon), la fourrure, la tête et les yeux, les oreilles, la coloration et la présentation associée aux soins. En dessous de 92 points, ils sont retirés de la vente. Cette année, les meilleurs ont obtenu un 96.

Il faut compter de 30 euros pour un lapin nain à 144 euros pour un géant des Flandres. Un peu plus d'un tiers des lapins trouvent preneurs et vendredi, fait rare, un acheteur qatari a même acquis plus d'une vingtaine de bêtes pour sa collection.

Des médailles qui ouvrent l'appétit

Le Concours général agricole, qui se déroule chaque année au Salon et qui attribue ses médaillons frappées de la Feuille de chêne aux meilleurs des candidats, a décoré 4.041 vins cette année et 1.353 produits alimentaires (fromages, laitages, huiles, charcuterie, confitures, huîtres...).

Attention, la médaille n'est pas obligatoire: quand la qualité n'est pas au rendez-vous, on n'en décerne pas.

Cette année donc, les jurés ont attribué dans la catégorie des vins 1.680 médailles d'or, 1.680 d'argent et 735 de bronze.

Côté produits, 427 ont décroché l'or, 560 l'argent et 366 le bronze.

Les jurys des différentes catégories ont dégusté plus de 5.000 produits, sur 17.000 initialement portés candidats.

La foule des grands jours

Les chiffres officiels ne seront connus que dimanche en fin de journée, mais, si la fréquentation est apparue moindre que les années précédentes à l'oeil exercé des habitués -entre la crise de l'élevage et l'alerte attentat-, la journée de samedi a semblé les démentir.

En cet avant-dernier jour, la cohue a atteint un niveau inégalé depuis l'ouverture du Salon le 27 février, même dans le Hall 4 réservé aux institutionnels -ministère, recherche, syndicats, organisations professionnelles-, qui accueille aussi, il est vrai, les lapins et poules de luxe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlabore il y a 9 mois

    bien pour le parigots maintenant ils savent que les lapins vivent pas a poil, mais , ont de la fourrure sur le dos