Les échanges d'amabilités relancent la campagne présidentielle

le
0
Les candidats à la présidentielle et leurs porte-parole ont brisé tour à tour «l'unité républicaine» au moment où se dénouait le sort de Mohamed Merah à Toulouse

La bataille était sur un tout autre théâtre. Quelques heures avant et pendant l'assaut du Raid, qui a entraîné la mort de Mohamed Merah, auteur suspecté des meurtres de Toulouse et Montauban, la guerre des mots entre responsables politiques avait déjà repris. Balayée, donc, la trêve tacite instaurée entre les partis et leurs candidats à l'élection présidentielle. C'est sur le terrain de la sécurité, thème au cœur de l'actualité, que Jean-François Copé a pointé jeudi matin, dans une interview donnée au Figaro , «l'ambiguïté permanente» et «les raccourcis regrettables», respectivement de François Hollande et François Bayrou. Plus tôt, c'est Valérie Rosso-Debord, députée de la 3e circonscription de Meurthe-et-Moselle, qui avait souligné «l'angélisme» du candidat du PS sur le sujet de la délinquance.

Relancer la campagne

Comme l'avait voulu Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé a attendu «au moins jusqu'à mercredi» pour reprendre le fil de la campag

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant