Les droits à la retraite des autoentrepreneurs

le
0

Les autoentrepreneurs soumis au régime microsocial peuvent faire valoir leurs droits à la retraite. Ceux-ci dépendent du montant des cotisations sociales versées et du chiffre d'affaires.

Autoentrepreneur et chiffre d'affaires

Les autoentrepreneurs dépendant du régime microsocial ont des droits à la retraite aussi bien pour la pension de base que la pension complémentaire. Mais ces droits sont relatifs au montant des cotisations sociales versées et donc, au chiffre d'affaires réalisé avec leur activité.

Que l'autoentrepreneur soit par ailleurs salarié ou qu'il exerce sous l'auto-entreprenariat à temps plein, il peut faire valoir ses droits à la retraite. Mais il ne pourra valider plus de quatre trimestres par an, quels que soient ses revenus et son chiffre d'affaires.

Valider ses trimestres

Sans chiffre d'affaires, il ne peut y avoir ouverture de droit à la pension de retraite. L'autoentrepreneur peut valider des trimestres selon une grille précise, variable selon le type d'activité : commerciale, prestations de services commerciales ou artisanales BIC, activité libérale BNC.

Pour valider une annuité pleine, l'auto-entrepreneur en activité commerciale doit totaliser un chiffre d'affaire de 19 716 €. En prestation de services, le chiffre d'affaires doit être de 11 435 € ; il doit être 8863 € dans le cadre d'une activité libérale.

Affiliation au RSI ou Cipav

L'autoentrepreneur effectue sa déclaration d'activité à l'Urssaf, qui se charge de réaliser l'affiliation auprès du RSI (régime social des indépendants) ou de la Cipav : les deux caisses de retraite chargées du relevé de points et de la liquidation des droits.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant