Les dormeurs de l'extrême

le
0
Pour les sportifs de haut niveau, le sommeil est une arme à double tranchant. Bien géré, il les porte sur le podium ; négligé, il les pousse dans l'abîme. Les médecins du sommeil en tirent des applications très concrètes.

Elle s'appelle Barbara Buatois. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais cette cycliste française a remporté en 2010 une des épreuves sportives les plus difficiles du monde: la Race Across America. Les compétiteurs traversent à vélo les Etats-Unis d'ouest en est, soit 4828 km engloutis en douze jours. «La moitié des compétiteurs abandonnent avant la fin, explique la jeune femme, souriante. Pour gagner, il faut dormir le moins possible tout en restant performant et vigilant. Si vous n'êtes pas bien préparé, l'aventure peut vite tourner au cauchemar.»

Barbara avait déjà «tiré sur la corde», comme elle dit, en participant à des épreuves marathon type le Paris-Brest-Paris, 1 200 km quasiment sans dormir. «Sur 24 heures, je sais que je peux résister, affirme la sportive, mais la traversée américaine de douze jours, c'était un saut dans l'inconnu.» Beaucoup de participants de la Race Across America atteignent les limites de l'épuisement, jusqu'à souffrir d'halluc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant