Les djihadistes quittent Ersal avec des otages

le
0

(Actualisé avec détails, citations) BEYROUTH, 7 août (Reuters) - L'armée libanaise a renforcé ses positions dans la ville d'Ersal, proche de la frontière syrienne, qui était pratiquement vidée jeudi des militants islamistes aux mains desquels elle était tombée au cours du week-end. Aucun combat n'a été signalé jeudi matin dans cette localité où semblait être respecté l'accord de trêve conclu grâce à la médiation de représentants religieux. Des militants islamistes ont quitté la ville avec plusieurs soldats libanais qu'ils ont fait prisonniers. "Le retrait a eu lieu à l'aube, avec les otages", a déclaré un des activistes joint au téléphone par Reuters. "Ils pourraient être libérés plus tard." Des responsables de la sécurité ont indiqué que 19 soldats étaient toujours portés disparus, supposés pris en otage par les militants lors d'une attaque lancée samedi et prévue de longue date, selon l'armée. Plus d'une dizaine de policiers ont également étaient pris en otage. Une source au sein des services de sécurité libanais a précisé de son côté que ce retrait s'accomplissait progressivement et que l'armée devait procéder à une évaluation de la situation. Une source politique libanaise, informée de la situation, a indiqué que certains activistes se trouvaient toujours dans la ville. L'armée libanaise a annoncé avoir tué 14 insurgés au cours d'affrontements qui se sont déroulés mercredi soir en dépit d'une prolongation du cessez-le-feu de 24 heures conclu la veille. "L'armée tente de déterminer si tous les hommes armés se sont retirés d'Ersal conformément à l'accord conclu entre le gouvernement et l'association des religieux musulmans", a dit une source des services de sécurité. Trois policiers, appartenant aux forces de sécurité intérieure et enlevés par des hommes armés cette semaine, ont été libérés et retrouvés sains et saufs dans un hôpital des quartiers sud d'Ersal mercredi grâce à l'intervention des médiateurs de l'Association des imams musulmans. "Nous pouvons confirmer que la ville est pratiquement vidée (des militants)", a déclaré l'un des médiateurs lors d'une conférence de presse télévisée, s'exprimant depuis la périphérie d'Ersal. "Dans quelques heures tout sera terminé." Plusieurs dizaines de personnes, dont 17 soldats, ont été tuées dans ces combats qui marquent le débordement le plus meurtrier au Liban du conflit qui se déroule en Syrie. (Tom Perry et Mariam Karouny; Pierre Sérisier et Clémence Apetogbor pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant