Les djihadistes prennent la ville irakienne de Tal Afar

le
0
LES DJIHADISTES PRENNENT LA VILLE DE TAL AFAR, DANS LE NORD-OUEST DE L?IRAK
LES DJIHADISTES PRENNENT LA VILLE DE TAL AFAR, DANS LE NORD-OUEST DE L?IRAK

par Ziad al Sanjary et Ahmed Rasheed

MOSSOUL/BAGDAD (Reuters) - Les djihadistes sunnites ont pris dimanche le contrôle de la ville de Tal Afar, dans le nord-ouest de l'Irak, près de la frontière syrienne, ont rapporté des témoins.

De violents combats qui ont fait de nombreuses victimes ont opposé dans la journée dans cette ville les forces gouvernementales irakiennes, appuyées par des hélicoptères, aux combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Tal Afar est située à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Mossoul et à 200 km au nord-ouest de Kirkouk.

"La ville a été prise par les militants. De violents combats ont eu lieu, beaucoup de gens ont été tués. Des familles chiites ont fui vers l'ouest et des familles sunnites vers l'est", a déclaré un responsable de la municipalité.

Les djihadistes, dont la progression en direction de Bagdad a ralenti ce week-end, ont ouvert un nouveau front en s'attaquant à Tal Afar.

Les habitants sunnites de cette ville à majorité turkmène ont accusé la police et les unités de l'armée, composées de chiites, d'avoir tiré au mortier sur leurs quartiers, ce qui aurait précipité l'intervention des combattants de l'EIIL.

A Mossoul, un avion de chasse irakien a été la cible de tirs antiaériens, ont rapporté des témoins.

Si l'avancée de l'EIIL semble contenue à une centaine de kilomètres au nord de Bagdad, où les autorités disent avoir lancé une contre-offensive et repris du terrain, la capitale irakienne n'est pas épargnée par les violences.

EXÉCUTIONS DE MASSE

Dimanche, un attentat-suicide a fait au moins neuf morts et une vingtaine de blessés dans une rue commerçante du centre de la ville, a-t-on appris de sources policières et médicales.

Les Etats-Unis ont annoncé un renforcement des mesures de sécurité à leur ambassade à Bagdad et vont retirer de la capitale irakienne une partie du personnel de la représentation diplomatique. La grande majorité du personnel de l'ambassade restera toutefois sur place.

Dans la ville de Khlais, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Bagdad, des tirs de mortier des insurgés ont fait au moins six morts parmi les soldats et les volontaires qui ont répondu à l'appel du plus haut dignitaire chiite du pays à prendre les armes.

L'EIIL a répondu en publiant sur son compte Twitter des photos et des vidéos d'exécutions de masse de dizaines de personnes désarmées, habillées pour la plupart de vêtements civils et allongées sur le sol. Les djihadistes disent avoir exécuté des centaines de déserteurs de l'armée irakienne capturés alors qu'ils tentaient de fuir les combats.

"Voilà le sort qui attend les chiites que Nouri (al Maliki) a envoyé combattre les sunnites", lit-on sur une des images.

L'authenticité de ces images n'a pas pu être vérifiée.

De l'autre côté de la frontière, l'aviation syrienne a bombardé le gouvernorat et deux autres bâtiments de la ville de Rakka, contrôlée par l'EIIL qui en a totalement évincé en début d'année les autres groupes rebelles luttant contre le régime de Bachar al Assad, ont dit des activistes sans pouvoir fournir de bilan.

(Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant