Les dividendes grimpent en Europe, les perspectives s'améliorent

le
0

LONDRES, 17 août (Reuters) - Les dividendes versés par les entreprises européennes ont progressé au deuxième trimestre sur fond d'amélioration des perspectives de résultats et de bilans assainis après la crise dans le secteur financier, selon une étude publiée lundi par Henderson Global Investors. D'après cette analyse, les dividendes distribués aux actionnaires par les principales entreprises européennes, hors compagnies britanniques, ont progressé de 8,6% au deuxième trimestre, un rythme plus lent que celui enregistré en début d'année mais dépassant celui du dernier trimestre 2014. La saison des résultats du deuxième trimestre, qui touche à sa fin, a été l'une des meilleures des cinq dernières années. "La plus grosse surprise est venue des compagnies du secteur financier", a noté Ben Lofthouse, gérant de fonds chez Henderson. Lors de la présentation de ses résultats du deuxième trimestre au début du mois, la banque allemande Commerzbank CBKG.DE a confirmé prévoir de distribuer un dividende au titre de l'exercice en cours, une première depuis 2007. L'italienne Intesa Sanpaolo ISP.MI , qui a livré fin juillet ses meilleurs résultats semestriels depuis 2008, a également réaffirmé son intention de verser deux milliards d'euros à ses actionnaires pour cette année. ID:nL5N10B3LJ Certains spécialistes s'attendent à une poursuite de la progression de la redistribution aux actionnaires, notamment sous l'effet des efforts de relance de la Banque centrale européenne (BCE). Au niveau mondial, Henderson table désormais sur une progression de 7,8% des versements de dividendes cette année à taux de change constants, contre 7,5% dans son estimation précédente. Cette révision à la hausse a notamment été entretenue par la progression observée en Europe. Cela représenterait un montant cumulé de 1.160 milliards de dollars (1.045 milliards d'euros) La progression de la rétribution des actionnaires a relancé le débat sur la répartition entre dividendes et investissements pour la croissance des entreprises ou les hausses des salaires, en particulier aux Etats-Unis. Selon Ben Lofthouse, il s'agit d'un rattrapage lié à l'amélioration des résultats des entreprises. "Les dividendes ont tendance à être en retard sur la croissance économique", observe-t-il. "La croissance des dividendes est la plus élevée lorsque les dirigeants (des entreprises) ont davantage confiance." (Lionel Laurent; Myriam Rivet pour le service français, édité par Patrick Vignal)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant