Les distributeurs de presse assignés en justice

le
0
Les marchands de journaux voudraient pouvoir retirer des rayons les titres les moins vendus.

La menace planait depuis le congrès de l'Union nationale des diffuseurs de presse (UNDP) en février dernier. Le couperet est tombé jeudi : l'organisation qui représente les marchands de journaux a assigné devant le tribunal de grande instance de Paris Presstalis et les Messageries lyonnaises de presse (MLP), qui assurent la distribution de la presse en France, en vue de lever les obstacles à la mise en œuvre de la réforme de l'assortiment.

Cette dernière est un serpent de mer de la profession. Dès 2006, l'UNDP avait proposé que les points de vente soient impliqués dans la définition de l'offre de presse. L'idée : l'adapter à la demande, en permettant aux diffuseurs d'«éclaircir» leurs linéaires afin de les rendre plus lisibles pour les clients et d'alléger leur charge de travail. Les règles actuelles, qui découlent de la loi Bichet de 1947, obligent les marchands de journaux à vendre tous les titres existants, selon le principe d'égalité des éditeurs.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant