Les discussions de Genève sur la Syrie s'annoncent difficiles

le
0
Les discussions de Genève sur la Syrie s'annoncent difficiles
Les discussions de Genève sur la Syrie s'annoncent difficiles

par Stephanie Nebehay et Angus MacSwan

GENEVE (Reuters) - La réunion internationale organisée par l'émissaire Kofi Annan pour tenter de mettre fin à 16 mois de conflit en Syrie s'est ouverte samedi à Genève dans un climat de désaccord entre grandes puissances sur le sort à réserver au président syrien Bachar al Assad.

Kofi Annan, représentant spécial de l'Onu et de la Ligue arabe pour la Syrie, souhaite que les ministres des Affaires étrangères qu'il a invités parviennent à un consensus sur un gouvernement d'unité nationale, qui exclurait les personnalités discréditées et contraindrait donc Bachar al Assad à la démission.

Mais la Russie, alliée de longue date du président syrien et opposée par principe à ce qu'elle considère comme une ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie, estime qu'une solution ne doit pas être imposée de l'extérieur.

Les Etats-Unis et leurs alliés européens et arabes estiment au contraire qu'il n'y aura aucune porte de sortie tant que Bachar al Assad restera au pouvoir. La répression du soulèvement commencé en mars 2011 a fait au moins 10.000 morts, selon les Nations unies.

"Nous avons toujours estimé qu'un avenir stable pour la Syrie, qu'un processus politique stable, passaient par une renonciation d'Assad au pouvoir dans le cadre d'un accord sur un processus de transition", a rappelé le secrétaire britannique au Foreign Office William Hague à son arrivée à Genève.

Son homologue russe Sergueï Lavrov n'a, lui, rien dit aux journalistes présents.

"PROPOSITIONS RAISONNABLES"

Le ministre russe des Affaires s'est entretenu vendredi soir avec son homologue américaine Hillary Clinton à Saint-Pétersbourg mais, selon un responsable américain, ces discussions n'ont pas permis de rapprocher les positions des deux grandes puissances.

"Nos partenaires occidentaux veulent décider eux-mêmes de l'issue du processus politique en Syrie alors que c'est l'affaire des Syriens", a déclaré en Russie l'adjoint de Sergueï Lavrov, Guennadi Gatilov, avant la réunion de samedi.

Du côté des Etats-Unis, un responsable américain a indiqué que les discussions étaient "difficiles" et qu'un accord pourrait ne pas être conclu.

Le chef de la diplomatie britannique n'a pas caché qu'il s'attendait une journée de dures négociations.

"Il y a une occasion pour la communauté internationale d'être beaucoup plus forte et d'agir de façon plus énergique mais nous ne pouvons le faire qu'avec l'accord de la Russie et de la Chine", a déclaré William Hague.

"Il est absolument essentiel que la violence cesse et qu'une transition politique puisse commencer", a pour sa part déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à son arrivée aux discussions.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les bombardements de l'armée syrienne et des affrontements entre les militaires et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) dans les bastions de l'opposition ont pour l'instant fait 16 morts samedi.

"Kofi Annan a fait des propositions raisonnables", a ajouté Laurent Fabius qui a dit espérer qu'elles soient entérinées.

Les ministres des Affaires étrangères des membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie) sont présents samedi en Suisse, ainsi que leurs homologues turc, koweïtien et qatari.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon ainsi que Nabil Elarabi, secrétaire général de la Ligue arabe, s'y trouvent également.

L'Iran, allié le plus proche de la Syrie dans la région et l'Arabie saoudite, ennemie à la fois de Damas et de Téhéran et principal soutien des forces opposées au président Assad, sont les principaux absents.

Tom Miles; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant