Les discussions continuent activement entre Lafarge et Holcim

le
0
LES DISCUSSIONS CONTINUENT ACTIVEMENT ENTRE LAFARGE ET HOLCIM
LES DISCUSSIONS CONTINUENT ACTIVEMENT ENTRE LAFARGE ET HOLCIM

par Gilles Guillaume et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Les discussions se poursuivent activement entre Lafarge et Holcim pour tenter de sauver leur mariage.

Dans un discours prononcé jeudi devant les principaux dirigeants de Lafarge, au siège parisien du groupe, le PDG du cimentier français, Bruno Lafont, a réagi aux attaques dont il fait l'objet côté suisse.

"Je veux que cette fusion ait lieu et qu'elle réussisse, largement alimentée par la force de Lafarge", a-t-il dit, selon un extrait du discours que Reuters s'est procuré. "Je ne laisserai pas des coups bas mettre en péril la création d'un groupe unique dans notre secteur."

Holcim conteste la parité d'une action pour une retenue dans le projet initial de fusion, ainsi que le choix de Bruno Lafont comme directeur général du futur LafargeHolcim, désormais jugé inacceptable, selon des sources proches du dossier, en raison de ses performances passées à la tête de Lafarge et de son style de management.

Bruno Lafont, dans son discours, n'a pas évoqué la proposition qui, selon des sources, lui a été faite de troquer sa fonction de directeur général contre un nouveau poste de coprésident. Selon le projet de fusion annoncé en avril 2014, la présidence du futur groupe devait revenir au président d'Holcim, Wolfgang Reitzle, et la direction générale au PDG de Lafarge.

Bruno Lafont a en revanche insisté sur le fait que l'équilibre de la gouvernance était impératif pour que le projet reste fidèle à la "fusion entre égaux" conclue il y a près d'un an.

Le deuxième actionnaire de Lafarge, Nassef Sawiris, a quant à lui déclaré que les discussions avec Holcim "progressent bien".

"Ce qui est en jeu dans ces discussions, avec le soutien des deux conseils et des grands actionnaires, c'est de retrouver la base d'un accord qui respecte à la lettre le principe d'une fusion entre égaux", a-t-il dit lors d'un entretien téléphonique avec Reuters.

Nassef Sawiris a refusé d'entrer dans le détail du nouveau projet d'accord en cours de négociation.

"En tant qu'actionnaire, je soutiens un accord dans lequel Bruno Lafont joue un rôle majeur dans la nouvelle entité, et je pense qu'Holcim a la même idée en tête", a-t-il dit.

"Le (futur) directeur général sera choisi avec l'accord de Lafont", a précisé Nassef Sawiris, refusant toutefois de dire qui pourrait être désigné pour le poste.

"LA FUSION ARRIVERA"

Le prochain conseil d'administration de Lafarge, envisagé d'abord mercredi soir puis dans la matinée de jeudi, pourrait finalement se tenir seulement dans la soirée, dit-on de source proche du dossier. "Les discussions continuent, mais sur chaque sujet le diable est dans les détails", ajoute-t-on.

Holcim a réuni son conseil d'administration mercredi soir.

Parmi les sujets techniques encore discutés figure notamment la question de définir, ou non, des attributions précises au président et au futur coprésident.

Le groupe irlandais CRH, dont le rachat de 6,5 milliards d'euros d'actifs de Lafarge et Holcim est conditionné à la réussite de la fusion, a pour sa part tenu comme prévu son assemblée générale sur ce projet d'acquisition, qui a été adopté par ses actionnaires.

"A l'heure où nous parlons, nous travaillons et avançons sur la base que le deal sera bouclé, que la fusion arrivera", a déclaré à la presse Albert Manifold, directeur général de CRH, en marge de l'AG.

Il a toutefois ajouté qu'il resterait intéressé par l'acquisition des actifs des deux groupes même si la fusion ne se faisait pas.

"Je me garderai de toute conjecture quant à savoir si ça se fera ou pas. Il y a des discussions en cours à Paris ou à Zurich aujourd'hui pour décider ce qu'ils feront dans les jours qui viennent", a-t-il dit.

Sur l'autre sujet en discussion, la parité, des médias ont rapporté que les deux groupes pourraient s'entendre sur un nouveau ratio d'environ 0,9 action Holcim pour une action Lafarge, soit un point médian entre le ratio de 0,875 demandé par Holcim, selon des sources, et celui de 0,93 proposé par Lafarge.

(Avec Oliver Hirt à Zurich et Padraic Halpin à Dublin, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant