Les discussions avancent sur un 3e plan d'aide à la Grèce

le
0

* Athènes parle d'un accord d'ici mardi matin, la CE plus prudente * Le 3e plan d'aide totaliserait jusqu'à 86 milliards d'euros * Entente sur un objectif d'excédent budgétaire primaire de zéro * Un accord crucial pour rembourser un prêt à la BCE le 20 août * Lourde facture pour la recapitalisation des banques (Actualisé avec la reprise des discussions) par George Georgiopoulos et Lefteris Papadimas ATHENES/BRUXELLES, 10 août (Reuters) - La Grèce et ses créanciers internationaux mettaient lundi la dernière touche à un projet d'accord sur un troisième plan d'aide dont Athènes a besoin pour maintenir ses finances publiques à flot et honorer une importante échéance auprès de la Banque centrale européenne (BCE) le 20 août. Des ministres grecs et des représentants des institutions européennes et du Fonds monétaire international ont repris leurs discussions lundi matin après une séance marathon qui a duré jusqu'en fin de nuit dimanche. L'accord sur le plan de sauvetage de 86 milliards d'euros doit être bouclé d'ici le 20 août pour permettre à Athènes de rembourser son prêt à la BCE. "Depuis minuit les deux parties sont entrées dans la dernière ligne droite, relisant le texte final, phrase par phrase, mot par mot", a affirmé un responsable du ministère grec des Finances. Toujours de source grecque, on indique que les deux parties se sont entendues sur un objectif d'excédent budgétaire primaire, c'est-à-dire hors service de la dette, de zéro pour cette année, dans l'hypothèse d'une contraction du PIB comprise entre 2,1 et 2,3% du produit intérieur brut grec. "Sauf changement de dernière minute avant la conclusion de l'accord, l'excédent budgétaire primaire pour cette année sera de zéro et l'estimation pour la récession est entre 2,1 et 2,3%", a dit un responsable gouvernemental. Auparavant, des responsables grecs avaient dit espérer conclure un accord d'ici mardi matin au plus tard. Plus prudente, la Commission européenne a préféré parler d'un accord "faisable" ce mois-ci. "Un accord est faisable. Un accord peut être conclu dans le mois d'août, de préférence avant le 20 août", a dit la porte-parole de la CE Annika Breidhardt à Bruxelles. "La Commission, avec les équipes du FMI et de la BCE, a travaillé tout au long du week-end pour finaliser le texte d'un protocole d'accord et d'une liste additionnelle d'actions préalables sur lesquelles les autorités grecques pourraient légiférer rapidement." "REMARQUABLE COOPÉRATION" Le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert a appelé de ses voeux la conclusion d'un protocole tout en notant qu'un accord de fond était plus important qu'un accord rapide. Une source au ministère grec des Finances a déclaré à Reuters qu'une réunion des ministres des Finances de la zone euro pourrait se tenir vendredi prochain 14 août pour valider le produit dees négociations. Un accord dans cet intervalle permettrait le versement d'une première tranche le 20 août, à temps pour que la Grèce rembourse son prêt à la BCE. "Lorsque le nouveau plan de renflouement sera soumis au vote au Parlement, il s'agira d'un projet de loi avec deux articles: le premier portera sur l'accord de crédit et le protocole d'accord, le second sur les 'actions préalables'", a précisé ce responsable grec en faisant allusion aux mesures que le gouvernement sera tenu de mettre en oeuvre pour que le plan d'aide puisse prendre effet. Selon la presse grecque, ces mesures seraient principalement fiscales et comprendraient par exemple la suppression de crédits d'impôts dont bénéficient les agriculteurs utilisant du carburant subventionné ou un encadrement plus strict des arriérés d'impôts dus à l'Etat. Les négociations avaient débuté le 20 juillet, une semaine après la conclusion d'un précédent accord évitant à Athènes un défaut de paiement et une sortie forcée de la zone euro. Après des débuts acrimonieux, les discussions sont maintenant caractérisées par une "remarquable coopération" de la partie grecque, a dit un haut responsable de l'UE. Il a toutefois déclaré que certains pays membres tiquaient sur le montant total du programme, jugeant trop élevé le plafond de 86 milliards d'euros fixé lors du sommet de la zone euro des 12-13 juillet. Le montant de la première tranche, qui pourrait être d'au moins 20 milliards d'euros, est également une source d'inquiétude pour certains créanciers. La Grèce a besoin de 10 milliards d'euros pour la recapitalisation de ses banques, de 7 milliards d'euros pour rembourser un prêt-relais accordé en juillet, et de plus de 3 milliards pour rembourser la BCE le 20 août. Du côté grec, on s'inquiète du montant des créances douteuses des banques, qui alourdira certainement leur recapitalisation. Les crédits non performants représentaient environ 35% des portefeuilles de prêts des banques grecques au premier trimestre 2015, et leur proportion a vraisemblablement augmenté avec l'instauration d'un contrôle des capitaux à la fin juin. Athènes souhaite la création d'une structure de défaisance ("bad bank") pour loger ces prêts. Voir aussi: Tests accélérés pour les banques grecques avant recapitalisation ID:nL5N10I3SP BREAKINGVIEWS-Hugo Dixon: How to fix Greece's banks ID:nL5N10L1AX (Henri-Pierre André, Jean-Stéphane Brosse et Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux