«Les dirigeants politiques jettent trop le discrédit sur les produits à risque»

le
0
Marc Bertrand
Marc Bertrand

(lerevenu.com) - Les retraits nets significatifs observés en 2013 dans les fonds de droit français contrastent avec l'augmentation de la collecte ailleurs en Europe et surtout dans les fonds d'actions gérés en France pour les non-résidents. Comment l'expliquez-vous ?

P.-H. de La Porte du Theil : Les sociétés de gestion ont constaté, en effet, un phénomène de décollecte dans toutes les classes d'actifs, actions et même obligations des fonds de droit français. Je mettrai à part les Sicav et FCP monétaires dans lesquels les particuliers n'investissent pratiquement plus et dont les encours ont encore baissé [?44,6 milliards d'euros] l'an dernier, car leurs rendements sont tombés très bas. Face à cette atonie des résidents, les gérants d'actifs ont réagi en portant leurs efforts sur les non-résidents.?

? Matraquage fiscal

Les épargnants n'ont pas repris goût aux fonds investis en actions, alors que l'indice CAC?40 a tout de même progressé de 18% en 2013. Cette désaffection pour les placements en actions, en direct ou via des fonds, est-elle durable ??

P.-H. de La Porte du Theil?: Je trouve que l'on caricature un peu trop facilement le manque d'appétit de l'épargnant français pour les placements à risque. Cela n'a pas toujours été le cas. Dans toute la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe, les épargnants français investissaient beaucoup dans les entreprises.? Mais il est vrai que, dans notre pays,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant