Les dirigeants d'Amérique latine célèbrent l'accord USA-Cuba

le
0

par Anthony Boadle BRASILIA, 18 décembre (Reuters) - Les dirigeants d'Amérique latine ont salué mercredi l'annonce d'un rétablissement des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba après avoir milité pendant des années pour une levée de l'embargo américain contre le régime communiste cubain. A leurs yeux, cette initiative et l'échange de prisonniers qui l'accompagne vont permettre d'apaiser la bataille idéologique qui divise le continent américain depuis des décennies. Adversaire numéro un des Etats-Unis en Amérique du Sud, le gouvernement socialiste du Venezuela n'a pas tardé pour féliciter le président américain Barack Obama. "Il faut saluer le geste du président Barack Obama, un geste courageux et nécessaire dans l'Histoire. Il s'agit peut-être de l'initiative la plus importante de sa présidence", a dit le président vénézuélien Nicolas Maduro à Parana, une ville d'Argentine où se tient un sommet du Mercosur. Le gouvernement vénézuélien est l'un des principaux soutiens de Cuba, qu'il fournit abondamment en pétrole bon marché. La politique des Etats-Unis à l'égard de Cuba a contribué à ternir leur réputation en Amérique latine, notamment avec l'arrivée au pouvoir ces dernières années de dirigeants de gauche éprouvant une admiration à l'égard du chef de la révolution cubaine, Fidel Castro. Deux de ces dirigeants, les présidentes brésilienne Dilma Rousseff et argentine Cristina Fernandez, ont déclaré que leur génération de "combattants de la justice sociale" pensait ne jamais assister à un rétablissement des relations entre Cuba et les Etats-Unis. APPEL À LA LEVÉE DE L'EMBARGO "Je crois que c'est un moment qui marque un changement dans la civilisation, qui montre qu'il est possible de rétablir des relations interrompues depuis de nombreuses années", a déclaré Dilma Rousseff lors du sommet du Mercosur. Secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), forum régional où le siège attribué à Cuba est inoccupé depuis 1962, José Miguel Insulza a salué une "annonce historique" dont il espère qu'elle apaisera les relations sur le continent. "Cela met fin à la tentative d'isoler Cuba depuis si longtemps. Cuba est engagé dans un processus de réformes économiques qui, je l'espère, conduira à des réformes politiques", a-t-il dit à la chaîne de télévision chilienne TVN. José Miguel Insulza a aussi exhorté le Congrès américain à lever l'embargo économique sur Cuba. Le Chili a également demandé aux Etats-Unis d'aller plus loin que la restauration de leurs relations diplomatiques avec Cuba. "Nous espérons voir davantage que les initiatives annoncées aujourd'hui, que le blocus contre Cuba soit définitivement levé et que les relations soient normalisées pour le bien de l'ensemble de la région", a dit le ministre chilien des Affaires étrangères, Heraldo Munoz. Avant même le rapprochement annoncé mercredi, les pays d'Amérique latine insistaient pour que Cuba soit autorisé à participer au prochain sommet de l'OEA en avril à Panama. (avec Maximiliano Rizzi à Buenos Aires; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant