Les difficultés financières des porteuses de prothèses PIP

le
0
La sécurité sociale remboursera le retrait des prothèses PIP mais leur remplacement reste à la charge des femmes opérées pour des raisons esthétiques. Une situation qui met en difficulté des milliers de femmes.

Depuis les révélations sur la mauvaise qualité des prothèses PIP, les quelque 30.000 Françaises portant ces implants vivent la boule au ventre. L'enveloppe va-t-elle se rompre? Et si le gel qu'elle contient, à la composition inconnue et suspecte, se répandait dans leur corps, quelles seraient les conséquences sur leur santé? À cette angoisse s'ajoute la nécessité d'organiser le remplacement des implants. Or, si le retrait des produits défectueux, recommandé par le gouvernement fin décembre, est pris en charge par la Sécurité sociale, la réimplantation, elle, reste à la charge des femmes qui s'étaient fait opérer pour des raisons esthétiques (à la différence des reconstructions à l'issue d'un cancer, dont les frais sont entièrement couverts). Largement majoritaires - on estime qu'elles forment 80% du contingent - les premières n'ont pas toutes les moyens de faire face à cette dépense imprévue.

Ainsi, selon Murielle Ajello, présidente du Mouvement de défen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant