Les Dieux du Parc

le
0
Les Dieux du Parc
Les Dieux du Parc

Reprise du Top 14 ce samedi, dans lequel va tenter de bien figurer le Stade français. Pour faire mieux que le parcours incroyable de sa section football, où il est question de champagne, de Suze, de Larbi Ben Barek et même de Patrick Balkany. Coup de plumeau sur le livre d'histoire d'un club pas comme les autres.

Aujourd'hui, c'est le grand jour : le monde étrange de l'ovalie relance la gonfle pour une nouvelle saison de Top 14. Avec, du côté du Stade Français, l'espoir d'un rebond favorable. Septième du dernier championnat et sorti d'une intersaison aussi agitée qu'un passage du typhon Hato, les Zeus en rose vont tenter d'afficher plus d'autorité qu'en Dieux du stade pour venir, pourquoi pas, titiller les Clermontois équipés de leur bouclier de Brennus. Pour autant, à une grosse dizaine de kilomètres du stade Jean-Bouin, pendant que les Stadistes recevront le LOU de Lyon, le Haras de Lupin ne s'arrêtera pas forcément de courir pour admirer les rugbymen s'ébrouer. À l'orée de la forêt domaniale de Malmaison, les préoccupations de l'école de football du Stade Français sont en effet loin des atermoiements de leurs aînés baraqués. L'objectif principal de la section football du Stade Français est désormais de former des enfants sur et hors des terrains. Parce que par le passé, les hauts et les bas du professionnalisme, le Stade Français version ballon rond en a suffisamment soupé.

Antonio Herrera et apéritifs Suze


" C'est une histoire extraordinaire d'un club qui a toujours été a la remorque du Racing, qui a toujours voulu copier le Racing, et qui n'y est jamais vraiment arrivé durablement, sauf pendant la période de Jacques Malaud " : quand il parle du Stade français, Jean-Marc Bennamar se mue en conteur, pour une histoire qui débute véritablement dans l'immédiat après-guerre. Lancée en 1900 et professionnelle depuis 1942, la section football du Stade français voit débarquer l'agent de change Malaud - père de Philippe Malaud, futur ministre sous De Gaulle et Pompidou. " Un type assez riche qui veut faire une belle équipe, s'échauffe le professeur associé à l'université Paris VIII. Qui poursuit sans s'essouffler. Il a l'idée intelligente de prendre Helenio Herrera en entraîneur. Herrera est au Maroc après la deuxième guerre mondiale, il trouve un gars qui s'appelle Larbi Ben Barek, qui avait quitté Marseille pendant la guerre. Ben Barek fait un stage d'entraîneur, Herrera lui dit

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant