Les deux Soudan prêts à la guerre de l'or noir

le
0
Khartoum et le nouvel État indépendant du Sud sont en désaccord sur le partage de la manne pétrolière.

«Le climat actuel est plus proche d'un climat de guerre que d'un climat de paix.» La petite phrase du président soudanais, Omar el-Béchir, lancée vendredi, a sonné comme l'aveu que Khartoum se prépare à un conflit avec ses anciennes provinces méridionales. Le Soudan du Sud, pays qui a arraché son indépendance du voisin nordiste en juillet dernier après trois décennies de guerre civile, n'a pas répondu. Mais nul ne doute que Juba envisage aussi l'option des armes.

La crise s'est nouée autour du pétrole. Avec l'indépendance, le Nord voyait s'envoler environ 70% de ses réserves, désormais situées dans la nouvelle nation. Une perte à laquelle Khartoum ne s'est jamais vraiment résolu. Or, le Soudan du Sud, État enclavé, dépend pour exporter son brut des oléoducs traversant le Nord. Mais jamais les deux pays ne sont parvenus à se mettre d'accord sur un droit de passage et un partage de la manne.

Les négociations piétinent en fait depuis 2005 et l'accord de paix gl

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant