Les deux Femen françaises restent détenues à Tunis

le
0
Les deux Femen françaises restent détenues à Tunis
Les deux Femen françaises restent détenues à Tunis

Les deux Femen françaises Pauline Hillier et Marguerite Stern (23 et 27 ans), ainsi que leur consoeur allemande Joséphine Markmann (19 ans) ont vu leur demande de liberté conditionnelle rejetée par le tribunal de Tunis ce vendredi. Condamnées le 12 juin à 4 mois et un jour de prison pour «atteinte aux bonnes moeurs et à la pudeur» après avoir manifesté seins nus dans la capitale tunisienne, elles espéraient être relâchées en attendant leur procès en appel. Celui-ci devait se tenir dans la journée mais il a finalement été reporté au 26 juin en raison d'une erreur de procédure. Les trois militantes ont donc au moins encore une semaine d'incarcération devant elle.

Leurs avocats étaient pourtant confiants dans la matinée et s'attendaient à un verdict clément. Le parquet a finalement décidé de décaler l'audience d'une semaine pour laisser le temps aux associations islamiques s'étant vus refuser le droit de se constituer partie civile de faire appel elles aussi.

C'est pour réclamer leur libération immédiate que des activistes Femen ont manifesté au salon du Bourget dans la matinée, perturbant le parcours du président François Hollande qui venait d'entamer sa visite.

En prison depuis 30 jours

Cela fait 30 jours déjà que les activistes «sextrémistes» européennes sont derrière les barreaux. Elles avaient été interpellées le 29 mai après avoir protester en petite tenue pour réclamer la libération de leur camarade tunisienne, Amina Sbouï, la Femen locale, connue pour avoir diffusé des photos d'elle seins nus sur sa page Facebook. Cette dernière est détenue à Kairouan (sud de Tunis) depuis qu'elle a été arrêtée le 19 mai après avoir participé à un rassemblement anti-salafiste. Condamnée une première fois à 300 dinars (150 euros) d'amende pour détention de bombe lacrymogène, elle est désormais poursuivie pour «association de malfaiteurs» (passible de 6 à 18 ans de prison), «profanation de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant