Les deux défis du nouveau président  de la BCE

le
0
Mario Draghi, professeur d'économie de 64 ans, devra résister à la rigidité allemande et lutter contre l'agrandissement des écarts de compétitivité

Salué unanimement pour avoir rempli de façon «impeccable» sa mission de stabilité des prix dans l'Union monétaire, Jean-Claude Trichet a eu un autre mérite au moins aussi grand : «Il a résisté à l'hyperrigidité de certains Allemands» , commentait le mois dernier Jacques Delors. Ce sera le premier défi de Mario Draghi, 64 ans. Ce professeur d'économie, qui a occupé les plus hauts postes de l'administration économique italienne, avec un intermède de quelques années à la Banque mondiale et chez Goldman Sachs à Londres, va devoir se libérer de son «sur-moi» germanique.

«Nous devons tous suivre l'exemple de l'Allemagne», avait-il déclaré l'hiver dernier, au tout début de sa campagne de candidat. Et quelques mois plus tard, quand l'opinion publique s'est résignée à accepter ce représentant du «Club Med», le quotidien Bild Zeitung l'avait caricaturé coiffé d'un casque à pointe. Une indépendance, au moins relative, vis-à-vis de l'orthodoxie allemande

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant