Les dettes dégradées, les marchés stoïques

le
0
Grèce, Espagne et Belgique placés sous surveillance des agences de notations, l'Irlande sanctionnée… Malgré de mauvaises nouvelles sur le front des dettes d'État, les investisseurs n'ont pas paniqué.

La décision prise vendredi matin par l'agence de notation Moody's est violente: elle a dégradée la note de la dette irlandaise de cinq crans. Cela ne s'était pas vu depuis le cas de la Corée du Sud durant la crise asiatique, fin 1997. La décision de Moody's sur l'Irlande n'a pourtant pas entraîné de tsunami sur les marchés. Étrange, sachant qu'au printemps dernier les agences étaient accusées d'alimenter la panique des investisseurs envers les pays malades de l'Europe comme la Grèce.

Ce vendredi, le thermomètre du risque perçu par les marchés, c'est-à-dire les taux d'intérêt, ont tout juste frissonné. Ceux à 10 ans sur la dette irlandaise n'ont pris que 30 points, c'est-à-dire 0,3 point de pourcentage, en matinée. Les taux à cinq ans ont augmenté de 10 points.

 

Faible impact

 

En début de semaine, les avertissements lancés par Moody's sur les dettes grecque et espagnole, ainsi que celui de Standard & Poor's sur la Belgique, n'ont pas non plus eu d'i

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant