Les dettes de 820.000 propriétaires américains valent deux fois leur maison

le
0

Malgré l’amélioration de la situation financière et immobilière aux États-Unis, 6 millions de propriétaires ont des dettes supérieures à la valeur de leur maison. Et pour près d’un million d’entre eux, elles dépassent le double.

Les ménages américains (et les autres) ont laissé la crise des subprimes derrière eux et la situation du marché immobilier s’améliore régulièrement aux États-Unis. À en croire le rapport trimestriel que consacre le site de petites annonces Zillow au surendettement immobilier, 10 millions de propriétaires sont sortis de la zone rouge au cours des 4 dernières années grâce à la remontée des prix de l’immobilier.

Il n’en reste pas moins que 6 millions de propriétaires (soit près de 13% des personnes ayant souscrit un prêt immobilier) n’arrivent toujours pas à faire face à leurs dettes. «La remontée des prix n’a pas suffi à bien des propriétaires qui sont tellement sous l’eau qu’ils risquent de ne jamais refaire surface», précise l’économiste en chef de Zillow, Svenja Gudel. Si des villes comme San Jose (Californie) ou Denver (Colorado) ne connaissent quasiment pas cette situation, le taux de propriétaires en difficulté dépasse les 20% à Chicago ou Las Vegas.

Un frein aux transactions

Et surtout, parmi les personnes en difficulté, 820.000 foyers doivent rembourser des dettes équivalentes à deux fois la valeur actuelle de leur logement. «Même si le nombre des propriétaires surendettés a baissé significativement depuis le pic de la crise immobilière, le phénomène de l’endettement supérieur à la valeur du logement persiste sur de nombreux marchés, précise l’étude. Le phénomène vient d’ailleurs d’atteindre son plus faible recul en un an.» Alors que s’annonce le printemps, période de pic des ventes immobilières, l’enseigne s’inquiète de la persistance de ce phénomène qui empêche encore un nombre considérable de transactions de s’effectuer.

Répartition du surendettement immobilier à travers les États-Unis

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant