Les dessous du ralliement de Villepin à Sarkozy

le
4
Les dessous du ralliement de Villepin à Sarkozy
Les dessous du ralliement de Villepin à Sarkozy

« Entre un ancien président de la République qui gagne 100 000 ¤ par conférence et un ancien Premier ministre qui ne doit pas être loin des 60 000 comme avocat international, on vit dans un monde que le commun des mortels ne peut pas forcément comprendre. » Cette remarque perfide d'un cadre UMP illustre l'étonnement qui a accueilli l'enrôlement de Dominique de Villepin au service de Nicolas Sarkozy, dans son comité des anciens Premiers ministres. Sarkozy ne voua-t-il pas naguère Villepin, au plus fort de l'affaire Clearstream, au « croc de boucher » ? Villepin ne se porta-t-il pas candidat à la présidentielle de 2012 -- avant de renoncer -- contre un Sarkozy qu'il jugeait indigne de la fonction ? Mais cela, c'est du passé. Depuis quelques mois, la relation entre ces deux hommes qui se sont affrontés lors d'un des duels les plus sanglants à droite s'est apaisée. Pourquoi ? Un ténor UMP y voit une explication psychologique : « Si quelqu'un apparaît plus fort que vous, alors que vous vous jugez vous-même déjà très fort, c'est qu'il doit vraiment être génial ; alors autant se mettre à son service ! »

« C'est vrai que Nicolas exerce sur Dominique une sorte de fascination-répulsion, confie la villepiniste Marie-Anne Montchamp, ex-secrétaire d'Etat de Sarkozy. Mais il doit aussi y avoir chez Villepin un goût d'inachevé, c'est un homme qui a soif d'exécutif, il n'est pas du genre à rester muet face à la situation actuelle du pays. » En clair, le nouveau chef de l'UMP lui permet de retrouver une tribune de choix, Dominique de Villepin, toujours auréolé de son discours à l'ONU sur l'Irak, apportant en retour sa stature internationale.

Y aurait-il d'autres motifs plus prosaïques ? « Le Qatar est le principal client de l'avocat Villepin, or Sarkozy est ami avec les puissants de cet émirat », souffle un rival des deux hommes. Autre motivation possible de l'ex-Premier ministre de Chirac, selon un ancien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le mercredi 17 déc 2014 à 01:33

    on a pas fait des cadeaux fiscaux au Quatar ... donner du travail aux avocats d'affaire c est notre politique economique depuis qq années ...

  • bearnhar le mercredi 10 déc 2014 à 12:33

    Ou la carcasse et son croc...

  • fquiroga le lundi 8 déc 2014 à 09:22

    LA carpe et le lapin... pour du fric....

  • mlaure13 le vendredi 5 déc 2014 à 20:40

    Je t'aime...moi non plus ?!...