Les dessous de la Lingerie Football League

le
0
Les dessous de la Lingerie Football League
Les dessous de la Lingerie Football League

Officiellement lancée le 23 décembre dernier à Manchester, la Lingerie Football League fait beaucoup parler d'elle outre-Manche. Créée avec un but précis – pointer du doigt les inégalités homme/femme dans le football et les combattre – elle est aujourd'hui accusée de sexisme et de contre-productivité.

À l'évocation du mot " lingerie ", que même les novices en anglais peuvent traduire assez facilement, beaucoup d'oreilles deviennent plus attentives. Oui, quelque part en Angleterre, des femmes jouent au football en sous-vêtements. Mais elles ne le font pas pour permettre à quelques curieux de se rincer l'œil. Bien au contraire, elles le font pour défendre une cause et parce qu'elles sont toutes intimement persuadées que personne ne devrait avoir le droit de les en empêcher. Lorsque Gemma Hughes, une jeune femme de Manchester de seulement 23 ans, a lancé la Lingerie Football League, elle ne s'attendait pas à un tel succès. Elle s'attendait, en revanche, à devoir faire face à de nombreuses critiques. Mais elle affirme aujourd'hui être prête à les affronter, chacune d'entre elles. Uniquement guidée par sa foi dans son grand projet, elle explique simplement et sans détour comment une telle idée lui est venue à l'esprit. Ambitieuse, elle espère qu'à l'avenir, son initiative fera évoluer, ne serait-ce qu'un peu, les mœurs du football anglais.

Sexy pour la bonne cause


" J'ai toujours été fan de football. Je suis de Wigan, et mes meilleurs souvenirs d'enfance sont au stade, avec ma famille et ma part de tarte ", raconte Gemma Hughes, blogueuse lingerie et fondatrice de la LFL. " En Angleterre comme ailleurs, les footballeurs sont mieux payés que leurs homologues féminines. Pourquoi ? Parce que le football féminin manque de publicité, d'investisseur et de couverture médiatique. " Choquée par une parité inexistante dans le monde du football, et inspirée par la Lingerie Football League américaine (ligue de football américaine, ndlr), Gemma a décidé d'investir toutes ses économies dans ce grand projet. " Je me suis dit que c'était le moment de booster le football féminin, de le faire passer à la télévision, de lui apporter un nouveau public, de faire parler de lui ", explique-t-elle, pleine d'entrain. Le but à long terme est aussi simple qu'ambitieux : révolutionner le football féminin en Grande-Bretagne. " Je suis une activiste, je ne pouvais pas rester là les bras croisés. "

Cette ligue, assure Gemma Hughes, est aussi un exutoire nécessaire pour de nombreuses femmes encore entravées par le poids des préjugés. " Les filles avec qui je joue pratiquaient le football avant, mais elles…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant