Les désertions se multiplient dans l'armée syrienne 

le
0
REPORTAGE - Le Figaro a rencontré un ex-premier lieutenant syrien, exilé depuis deux mois au Liban. Il raconte ses «missions nocturnes» de l'autre côté de la frontière.

Il a troqué son uniforme militaire contre une longue tunique blanche. Dans sa maison-refuge de Wadi Khaled, au bord de la rivière Nahr el-Kebir qui sépare, au nord, le Liban de la Syrie, Hassan Abdul Karim al-Hamad peut enfin parler à visage découvert. Loin des «ennuis», mais toujours proche de «l'action».

Ce jour-là, l'ex-premier lieutenant syrien, exilé depuis deux mois au pays du Cèdre, est en pleine discussion avec d'autres soldats déserteurs. Assis en tailleur autour d'un café turc, ils parlent de «missions nocturnes» de l'autre côté de la frontière. «Je repars toutes les nuits à Homs pour protéger les manifestants et pour encourager d'autres militaires à lâcher le régime», nous confie, en aparté, le lieutenant repenti, aujourd'hui porte-parole de «l'Armée syrienne libre».

Faut-il y voir l'ébauche d'une rébellion armée contre Bachar el-Assad, après six mois de révolte pacifique ? Ces derniers jours, les rumeurs vont bon train sur des cargaison

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant