Les descendants des Mayas et le business de l'Apocalypse

le
0
Dans la jungle du Yucatán, une région du sud-est du Mexique située sur la péninsule éponyme, la prédiction sur la fin du monde du calendrier maya constitue avant tout un argument touristique.

Central Vallarta, Yucatán

Doña Juliana est l'une des rares habitantes de Central Vallarta qui parle encore le maya. Dans ce village isolé en pleine jungle du Yucatán, les traditions ont pourtant la peau dure. Mais à la question «Que va-t-il se passer le 21 décembre?», elle répond en haussant les épaules: «Moi, je crois qu'il ne va rien se passer. Mais à la télévision, ils disent que le monde va prendre fin! Alors ça me fait peur...»

Qu'on se le dise, les Mayas ne sont pas les plus enthousiastes défenseurs de leurs ancêtres. Ici, beaucoup n'ont jamais entendu le mot «Baktun», le cycle du calendrier antique censé prendre fin ce vendredi.

En revanche, le parc d'attractions Xcaret, à quelques dizaines de kilomètres, a axé ses activités de fin d...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant