Les députés unanimes contre l'exclusion des homosexuels du don du sang

le
4
Les députés unanimes contre l'exclusion des homosexuels du don du sang
Les députés unanimes contre l'exclusion des homosexuels du don du sang

Depuis 1983, les homosexuels n'ont pas le droit de donner leur sang en raison d'un risque supposé accru de contamination par le virus du sida. Ce vendredi 3 avril, l'Assemblée nationale a voté, à l'unanimité, un amendement contre leur exclusion du don du sang, proclamant que «nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle». C'était une promesse de campagne du président François Hollande en 2012. 

L'amendement, présenté par le député Arnaud Richard (UDI), a reçu un avis favorable de la ministre de la Santé Marisol Touraine. La position du gouvernement, a ajouté la ministre, est «de lever les discriminations relatives à l'orientation sexuelle, et de leur substituer un critère de comportement sexuel s'appliquant à l'ensemble des donneurs potentiels».

La ministre a annoncé avoir déjà reçu «les préconisations» d'experts, que le Comité consultatif national d'éthique (CCNE, voir encadré) avait jugé nécessaires, sur les risques épidémiologiques. Ceux-ci ont proposé en particulier de remplacer l'exclusion définitive par une exclusion de 12 mois, à l'image de ce qui se fait dans beaucoup de pays, a précisé Marisol Touraine.

En France, l'interdiction temporaire est, en général de 4 mois, et ne concerne que les hétérosexuels qui ont eu des rapports sexuels à risque (non protégés et/ou avec plus d'un(e) partenaire lors des 4 derniers mois). En Europe, 10 des 28 pays de l'UE sont passés d'une exclusion permanente à des contre-indications temporaires. En Italie, Espagne ou Pologne, les exclusions temporaires sont les mêmes pour les comportements à risque hétéro ou homosexuels.

Le comité d'éthique souhaite le maintien de l'exclusion des homosexuels

«Le don du sang n'est pas un droit. Ce qui prime, c'est la santé et la protection du receveur», a résumé Jean-Claude Ameisen, président du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), qui préconise de continuer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8869453 le samedi 4 avr 2015 à 16:08

    La force de cette nouvelle idéologie est impressionnante...

  • M8252219 le samedi 4 avr 2015 à 14:16

    Ça va coûter le double en analyses supplémentaires. C'est un principe bien français au nom de je ne sais quelle utopie on enlève le principe de précaution après le vouloir partout.

  • M940878 le samedi 4 avr 2015 à 12:34

    c'est pourtant une population à risques

  • M7093115 le samedi 4 avr 2015 à 12:28

    N ' ont pas autre chose à faire ces nullités de dé putés.....