Les députés turcs en passe d'adopter la réforme constitutionnelle

le
1
    ANKARA, 20 janvier (Reuters) - Le parlement turc devrait 
achever vendredi soir la procédure d'adoption d'une réforme 
constitutionnelle destinée à renforcer les pouvoirs du président 
Recep Tayyip Erdogan que ses adversaires dénoncent comme une 
dérive autoritaire de son régime. 
    Les débats, qui se sont déroulés jeudi soir, ont donné lieu 
à de nouvelles bousculades entre les députés après qu'une élue 
indépendante, Aylin Nazliaka, s'est attachée à la tribune à 
l'aide de menottes en signe de protestation. 
    Malgré ces troubles, quatre nouveaux articles ont été 
approuvés au cours de la soirée portant à onze le nombre de 
dispositions adoptées en seconde lecture. 
    Les sept articles restants devraient faire l'objet d'un vote 
vendredi soir et le texte aura alors achevé son parcours 
parlementaire et pourra être soumis à un référendum qui devrait 
avoir lieu au printemps. 
    La réforme renforce largement les pouvoirs du chef de l'Etat 
en lui permettant de gouverner par décrets, de déclarer l'état 
d'urgence, de nommer les ministres et les hauts fonctionnaires 
et de dissoudre le parlement. 
    Pour les élus de l'opposition, ces modifications remettent 
en cause l'équilibre des pouvoirs au profit d'Erdogan qui peut 
briguer deux nouveaux mandats et en théorie diriger la Turquie 
jusqu'en 2029. 
    Les partisans de la réforme soutiennent qu'elle est 
nécessaire pour empêcher le retour d'une instabilité 
institutionnelle provoquée par la fragilité des coalitions de 
gouvernement. 
    Les opposants à Erdogan dénoncent la dérive autoritaire de 
sa présidence illustrée par les arrestations de dizaines de 
milliers de juges, militaires, policiers, journalistes, 
universitaires et fonctionnaires depuis le coup d'Etat manqué du 
15 juillet dernier. 
     
 
 (Gulsen Solaker; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 il y a 10 mois

    Une nouvelle dictature va officiellement naitre