Les députés socialistes expriment leur malaise

le
4
Les députés socialistes expriment leur malaise
Les députés socialistes expriment leur malaise
Certains demandent un changement de cap, la plupart réclament plus d'écoute de la part du gouvernement. Lors de leur premier séminaire depuis l'élection de François Hollande, il y a quasiment un an, les députés socialistes ont aussi fait savoir qu'ils voulaient rencontrer le chef de l'Etat. Paralèllement, ils ont été appelés à respecter la discipline de vote dans l'hémicycle.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, «la moitié du gouvernement», quelque 170 des 292 députés du groupe, ainsi que le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, participaient lundi à cette réunion à huis clos, prévue depuis un mois, mais qui s'est tenue dans un moment particulièrement difficile pour le PS.

Un début de ras-le-bol dans la majorité

Si la bataille parlementaire sur le mariage homosexuel a plutôt ressoudé les rangs du groupe socialiste, l'opposition de très nombreux parlementaires du PS à la publication du patrimoine des élus, après le traumatisme de l'affaire Cahuzac, perturbe fortement les relations avec le gouvernement. Le sujet a cependant été très peu abordé, selon l'un des porte-parole du groupe, Thierry Mandon. En effet, «les débats portaient sur notre fonctionnement», et sur la méthode pour mieux travailler avec le gouvernement, a expliqué le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux. Avec le gouvernement, et avec le chef de l'Etat.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à ne plus tenir de réunions avec les députés de la majorité, comme celles qu'organisait Nicolas Sarkozy à l'Elysée. «Il est dommage que dans ce pays, tout le monde ou presque puisse rencontrer le président de la République, sauf les députés socialistes», a lancé un participant, cité par Bruno Le Roux, qui a promis de trouver un moyen pour que les parlementaires puissent voir François Hollande, mais «pas à l'Elysée», qui «est la maison de tous les Français et ne doit pas être...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le mardi 23 avr 2013 à 10:17

    Aprés CAHUZAC,DSK ....c'est maintenant que leur principal allié BAYLET est renvoyé en correctionnelle mais chut n'en parlez surtout pas : c'est un grand patron de presse !Heureusement que seul le point à levé le lièvre.Qui protège ce grand héritier ?

  • dhote le mardi 23 avr 2013 à 08:13

    La misère c'est maintenant...nouveau slogan du PS

  • M6744133 le mardi 23 avr 2013 à 07:42

    Put.. de merde Censure de M.. / ces députés PS élus par défaut travaillent trop parait-il ? leurs 2 chefs restent sourds à leur désolation, ils ne seront pas réélus et ils y pensent ! Le 1er d'entre eux est comme le Chien de PAVLOV qui s'ennuyait, décida de se rendre interressant en tentant de se mordre la queue par ses rotations sans y parvenir, puis tomba à terre terrassé par sa Betise et son impuissance à changer quoique ce soit

  • fbordach le mardi 23 avr 2013 à 05:11

    Les pauvres .... Allez, courage, le changement c'est maintenant!