Les députés se font "geeks" pour débattre de la "République numérique"

le
0
Les députés se font "geeks" pour débattre de la "République numérique"
Les députés se font "geeks" pour débattre de la "République numérique"

Les députés ont mis leur casquette de "geeks" mardi pour plonger dans le projet de loi "pour une République numérique", qui doit permettre, selon le gouvernement, d'actualiser "le logiciel républicain" mais inquiète certains représentants du secteur.A l'ouverture des débats sur ce projet agrégeant toute une série de mesures et visant à accroître l'ouverture des données publiques, mieux protéger les internautes et améliorer l'accès à internet, la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire a vanté un texte qui permettra de "dessiner la France de demain".Elle a aussi mis en avant dans l'hémicycle une "loi du quotidien qui confère de nouveaux droits aux utilisateurs", comme le "droit à l'oubli" pour les mineurs, le droit à une "mort numérique", le "maintien d'une connexion à internet pour les foyers les plus fragilisés", ou encore l'"accessibilité pour les personnes en situation de handicap".Rappelant que le projet de loi avait fait l'objet d'une vaste consultation inédite, elle a salué les "citoyens internautes" qui ont participé à ce "pari un peu fou" mais "gagné", ayant permis notamment d'intégrer 5 articles au projet de loi qui en compte 48.Plus de 800 amendements ont été déposés en vue des discussions dans l?hémicycle, programmées jusqu'à jeudi inclus.- Vers de fortes sanctions de la Cnil -Certains bénéficieront d'une "bienveillance" du gouvernement. Ce sera notamment le cas pour un amendement qui entend renforcer considérablement les pouvoirs de sanctions pécuniaires que la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) peut infliger en lien avec la protection des données personnelles. Il "devrait bénéficier du soutien du gouvernement", selon l'entourage de la ministre, comme un nouvel amendement socialiste pour préciser un article prévoyant de pénaliser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant