Les députés PS vont faire des propositions sur la loi Travail

le
0
    PARIS, 7 mars (Reuters) - Le groupe socialiste de 
l'Assemblée nationale, qui souhaite aussi se faire entendre sur 
la nouvelle version de la réforme du Code du travail, fera des 
propositions lors d'un "séminaire". 
    Face à l'opposition des députés socialistes qui va bien 
au-delà des "frondeurs" traditionnels, la direction du groupe a 
décidé mardi dernier, en présence du Premier ministre Manuel 
Valls, d'organiser un "séminaire" afin calmer le jeu. 
    Le groupe PS se réunira une première fois mardi soir, 
pendant les négociations qui se sont ouvertes lundi entre Manuel 
Valls et les partenaires sociaux. 
    "L'objectif de cette première réunion à huis clos sera de 
faire un état des lieux", a-t-on précisé lundi au groupe PS. 
    Une autre réunion, toujours à huis clos, aura lieu le 14 
mars afin d'arrêter une série de propositions qui seront 
présentées le lendemain lors de la réunion plénière hebdomadaire 
du groupe, a-t-on ajouté. 
    Les députés socialistes souhaitent que le gouvernement 
revienne sur le plafonnement des indemnités prud'homales de 
licenciement et la définition du licenciement économique, les 
deux mesures les plus contestées de ce projet de loi, notamment 
par les syndicats réformistes comme la CFDT. 
    Dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD), le chef du 
gouvernement a promis dimanche des "améliorations" sur ces deux 
mesures controversées. 
    Ces propos ne semblent guère avoir calmé la colère des 
opposants socialistes à ce projet de loi. Le député et ancien 
ministre Benoît Hamon a estimé lundi sur RTL que le retrait du 
texte "serait sans doute la meilleure mesure". 
    Même tonalité chez la sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann. 
"Il faut reprendre complètement la copie avec une méthode de 
concertation et une philosophie qui ne peut pas être 'la France 
va gagner de la compétitivité sur le niveau de protection 
sociale des salariés'", a-t-elle déclaré sur RFI. 
    Une nouvelle journée d'actions contre cette réforme du Code 
du travail est d'ores et déjà prévue le jeudi 31 mars. 
    Face au tollé provoqué par ce texte, le gouvernement a 
décidé de reporter du 9 au 24 mars sa présentation en conseil 
des ministres, son examen par les députés étant prévu en 
avril-mai pour une adoption définitive souhaitée en juillet lors 
d'une session extraordinaire du Parlement. 
 
 (Emile Picy, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant