Les députés portugais font chuter le cabinet de centre droit

le
1

(Réactions, contexte) LISBONNE, 10 novembre (Reuters) - Une majorité de députés portugais, correspondant aux élus des trois formations de gauche, ont refusé la confiance au gouvernement minoritaire de centre droit de Pedro Passos Coelho, provoquant sa chute et ouvrant la voie la formation d'un gouvernement de gauche. Le Parti socialiste, le Parti communiste portugais (PCP) et le Bloc de gauche comptent ensemble plus de députés au parlement que la coalition de centre droit arrivée en tête des législatives du 4 octobre. Les députés de gauche ont rejeté par 123 voix, sur un total de 230 sièges, le programme présenté par le gouvernement conservateur. Le Premier ministre sortant a prévenu qu'une remise en question des mesures d'austérité mises en place ces dernières années risquait de mettre le Portugal sur un chemin semblable à celui qu'emprunte la Grèce, confrontée à un endettement colossal et qui ne doit sa survie qu'aux différents plans d'aide octroyés par ses partenaires européens. La perspective de la formation d'un gouvernement de gauche préoccupe les investisseurs qui redoutent que son arrivée au pouvoir fasse dérailler la fragile reprise économique observée au Portugal. "Un tabou est tombé, un mur a été cassé", a déclaré Antonio Costa, chef de file du parti socialiste portugais et instigateur du vote de défiance des parlementaires de gauche. "Le cadre politique a changé, l'ancienne majorité ne peut prétendre être ce qu'elle a cessé d'être", a-t-il dit. Plusieurs centaines de partisans du gouvernement déchu ont convergé devant le Parlement où ils ont entonné l'hymne national et affiché leur soutien à Pedro Passos Coelho, tandis qu'un autre rassemblement réunissait des sympathisants de gauche à l'initiative de la Confédération générale des travailleurs portugais, un des principaux syndicats du pays. (Axel Bugge et Andrei Khalip; Eric Faye et Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mardi 10 nov 2015 à 21:11

    Sans la. BCE, le pays n'arriverait pas à se financer. Il va falloir prêter pour que cette génération d'égoïstes vive au dessus de ses moyens...comme les autres.

Partenaires Taux