Les députés pénalisent de nouveau les clients des prostituées

le , mis à jour à 01:44
5
Les députés pénalisent de nouveau les clients des prostituées
Les députés pénalisent de nouveau les clients des prostituées

Et de deux. L'Assemblée nationale a une nouvelle fois voté vendredi pour la pénalisation des clients de prostituées, en adoptant en deuxième lecture la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution.

Ce texte supprime par ailleurs le délit de racolage passif, institué en 2003 par Nicolas Sarkozy et décrié par toutes les associations sur le terrain.

« Ceux qui mettent en avant la liberté de disposer de son corps se trompent », a plaidé la secrétaire d’État aux Droits des femmes Pascale Boistard (PS) qui représentait le gouvernement dans l'hémicycle. « Sacrifier les droits, les vies de femmes et d'hommes pour le désir sexuel de quelques-uns, ce n'est pas la société que nous voulons », a-t-elle martelé. « Certains nous parlent encore d'un métier », « d'une prostitution acceptable » quand « le taux de mortalité des prostituées est six fois plus élevé que celui du reste de la population », a-t-elle observé.

Les députés socialistes et le Front de gauche ont voté pour la proposition de loi. Les écologistes se sont prononcés contre. Les Républicains (ex-UMP) se sont abstenus.

VIDEO. Pénalisation des clients: nouveau feu vert de l’Assemblée

Les clients risque une contravention de 1500 euros  

Il faut désormais que la loi, fondamentalement modifiée en première lecture au Sénat, soit de nouveau examinée par la Haute chambre, avant de revenir à l'Assemblée. Qui aura le dernier mot si les deux chambres du Parlement ne trouvent pas un terrain d'entente. Quand la loi sera finalement adoptée, l'achat d'actes sexuels sera interdit, sous peine d'une contravention de 1 500 euros. Elle était de 3 750 euros dans la première version du texte, adopté fin novembre 2013.

Le texte prévoit la création d'un parcours de sortie de la prostitution, avec une autorisation provisoire de séjour de six mois pour les prostituées étrangères, et des mesures d'accompagnement social, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3155433 le samedi 13 juin 2015 à 19:50

    les politiciens s'en fichent de ce délit de raccolage du client , ce n'est pas eux qui font ça dans le bois , ni sur le trottoir . Ils prennent les services d'escorts girls dans des endroits luxueux privés ; et quand ça se passe mal (violence sur les filles ) , et bien les participants comme les organisateurs proxenetes sont innocents ( DD la saumure , DSK...)... mais pas le client lamda dans la rue =1500 € ! Elle est pas belle la politique

  • jyth01 le samedi 13 juin 2015 à 08:03

    Comme pour le tabac, va y avoir la Queue aux frontières de la RSF (république socialiste de france), les maison closes étant légales et encadrées dans dans les pays démocratiques

  • frk987 le vendredi 12 juin 2015 à 17:58

    Et FH avec Julie, va-t-il être pénalisé ??? VASTE QUESTION !!!!!!

  • jfvl le vendredi 12 juin 2015 à 15:49

    Je n'utilise pas les service de ces dames, mais je ne comprends pas la pénalisation des "consommateurs" car par extension on devrait alors pénaliser toute personne qui fréquente nos politiques !

  • aerosp le vendredi 12 juin 2015 à 14:55

    vivement qu'on les file tous à la porte