Les députés grecs doivent résister au "chantage"-Constantopoulou

le
0

(Actualisé avec le ministre de l'Energie) ATHENES, 15 juillet (Reuters) - La présidente du parlement grec Zoé Constantopoulou, chantre de l'aile gauche du parti au pouvoir Syriza, a demandé mercredi aux 300 députés de la chambre de rejeter le paquet de mesures d'austérité exigé par la zone euro en échange d'un troisième plan d'aide à la Grèce. "Ce parlement ne doit pas accepter le chantage des créanciers", a dit Zoé Constantopoulou aux députés avant le vote prévu dans la journée. "Ayant pleinement conscience des circonstances décisives(...), je pense que le devoir du parlement est de ne pas laisser le chantage se concrétiser", a-t-elle ajouté en précisant qu'elle s'exprimait en qualité de député du parti au pouvoir. Les créanciers doivent respecter les procédures parlementaires, a-t-elle continué en s'élevant contre le délai très court imposé, selon elle, à l'adoption des mesures d'austérité. De son côté, un autre tenant de la frange gauche de Syriza, le ministre de l'Energie Panagiotis Lafazanis, a fait savoir qu'il ne soutiendrait pas les mesures d'austérité exigées par la zone euro en contrepartie du plan d'aide. "La Grèce ne progresse pas avec ces plans d'aide, on la détruit plutôt", a-t-il dit à la presse, en soulignant les difficultés que rencontrera le Premier ministre Alexis Tsipras pour maintenir la cohésion de son parti. "Le choix entre un plan d'aide ou une catastrophe est un choix dicté par la terreur", a ajouté le ministre. (George Georgiopoulos et Angeliki Koutantou; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux