Les dépenses publiques ralentissent mais ne baissent pas

le
0
D'après le programme de stabilité, le gouvernement prévoit seulement de limiter la progression des dépenses publiques en 2014, entre 0,2 % et 0,3 %, hors inflation.

Les vraies coupes dans les dépenses publiques ne sont toujours pas à l'ordre du jour en France. D'après le programme de stabilité, le gouvernement prévoit seulement de limiter leur progression en 2014, entre 0,2 % et 0,3 %, hors inflation. La richesse nationale étant censée progresser plus rapidement (de 1,2 %), la part de la dépense publique dans le PIB pourrait alors diminuer, passant de 56,9 % en 2013 à 56,4 % en 2014.

À la décharge de l'exécutif, cette «limitation de la hausse» constituerait déjà un effort conséquent. Car les dépenses publiques, qui agrègent celles de l'État, de la Sécurité Sociale, des collectivités locales, ont augmenté en moyenne de 2,3 % par an de 2002 à 2006 et de 1,7 % par an de 2007 à 2011. Le vieillissement de la population, les progrès de la santé et les difficul...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant