Les délaissés du Festival d'Avignon

le , mis à jour le
0
Les habitants de Monclar, un quartier miné par le taux de chômage, ne profitent pas des retombées culturelles ou économiques du célèbre rendez-vous théâtral.     
Les habitants de Monclar, un quartier miné par le taux de chômage, ne profitent pas des retombées culturelles ou économiques du célèbre rendez-vous théâtral.     

À l'occasion de l'édition 2016 du Festival d'Avignon, le Bondy Blog consacre un reportage aux habitants de Monclar, un quartier miné par le taux de chômage qui ne profite pas vraiment des retombées culturelles ou économiques du célèbre rendez-vous théâtral. Alors que les rues de la vieille ville fourmillent de touristes et de spectacles improvisés, dans ce quartier - l'un des plus pauvres de la cité des papes -, pas de foule de curieux ni de textes déclamés. Interrogée par le Bondy Blog, Lisa, une habitante, fait part de sa déception concernant la programmation plutôt pointue du festival : « On ne nous propose pas des spectacles qui parlent de notre génération. Ce serait bien que l'on nous propose des choses ici, dans notre quartier, et pas que dans le centre », déplore la jeune fille.

Une autre pointe du doigt le manque d'activités proposées au pied de ces immeubles : « Ici, pas de parc, pas de jardin, pas d'activités culturelles. Les gens sont assis dehors, ils discutent et rentrent chez eux le soir. C'est tout. Alors oui, ce serait bien de voir défiler ici des artistes, des troupes, ça donnerait de la vie à ce quartier », explique-t-elle.

« On se sent abandonnés »

À quelques encablures de là se joue pourtant une pièce, dans le gymnase du quartier. Aucune affichette n'a annoncé la tenue de la pièce de théâtre d'Omar Abusaada aux habitants. De toute façon, aucun...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant