Les défis du nouveau président iranien

le
0
Les réformateurs iraniens saluent la victoire du modéré Hassan Rohani, qui devra répondre à d'immenses espoirs de changement.

Envoyé spécial à Téhéran

Religieux, mais ouvert aux droits des femmes. Pur produit de la révolution islamique, mais soucieux de rompre l'isolement de l'Iran: à 64 ans, Hassan Rohani, élu dès le premier tour de la présidentielle iranienne, apparaît comme la figure consensuelle permettant à un régime sur le déclin de rebondir à l'intérieur, tout en projetant une image acceptable à l'étranger.

Si les défis que le nouveau président devra relever sont immenses, son élection au terme d'un scrutin qui n'a finalement pas été verrouillé sonne d'abord comme un bol d'air frais. Surtout pour les 18,6 millions d'Iraniens qui lui ont apporté leurs suffrages. Jeunes, femmes et cadres étaient des milliers à scander «Rohani! Rohani!» samedi soir dans les rues de Téhéran, juste après l'annonce des résultats. «C'était inespéré, je m'a...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant