Les défis du nouveau Fiat Chrysler Automobiles

le
0

Le groupe américano-italien, officiellement créé il y a moins d'un mois, a présenté des résultats annuels décevants.

«L'un des jours les plus importants de ma carrière.» C'est ainsi que Sergio Marchionne, l'administrateur délégué de Fiat, a lancé la présentation des résultats 2013 du nouveau groupe né de la fusion entre l'italien Fiat et l'américain Chrysler, mercredi 29 janvier. Depuis 2009, et la prise d'une participation majoritaire de Fiat dans Chrysler, l'homme militait pour cette fusion totale. C'est désormais possible, le constructeur italien contrôlant depuis le début de l'année l'intégralité du capital de Chrysler.

Pour le patron italien, cette opération présente un double intérêt. D'abord, il pourra accéder aux abondantes liquidités du groupe américain, générées par la bonne santé du marché automobile outre-Atlantique. Ensuite, avec 4,4 millions de véhicules vendus en 2013, le nouveau groupe occupera le septième rang mondial. Un élément importa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant