Les défaillances d'entreprises en Europe vont augmenter en 2012

le
0
(NEWSManagers.com) - Standard & Poor's s'attend à une hausse des défaillances d'entreprises en 2012. Dans une étude publiée le 19 juin (" Eurozone Stress Pressures Corporate Defaults" ), l'agence d'évaluation financière relève toutefois qu'au premier trimestre les défaillances ont été limitées par les injections de liquidités de la BCE fin 2011.

Le taux de défaillance sur douze mois glissants, qui s'établissait fin mars à 4,7% contre 4,6% à fin décembre 2011, pourrait atteindre 6,4% d'ici à fin mars 2013, selon l'agence.
En cas de récession plus sévère (un risque estimé à 40%), le taux de défaillance sur douze mois pourrait même dépasser la barre des 8%. En effet, explique Standard & Poor's, dans l'échantillon de 678 entreprises prises en compte dans l'étude (1), 37% des entreprises présentent un risque de défaut important (" B-" ou inférieur).

Dans les pays dits " périphériques" , les taux de défaillance sont supérieurs à la moyenne. En Espagne et en Italie, le taux de défaillance cumulé entre début 2008 et mars 2012 dépasse 45%, bien supérieur à celui d'autres grands pays européens.

Au Royaume-Uni, le taux de défaillance sur 12 mois est élevé (7,5%). Depuis 2008, le taux cumulé dépasse 30 %. Dans leur grande majorité, ces défauts sont le fait de LBO d'avant-crise.

Les entreprises françaises affichent des taux de défaillance faibles (1,6% sur 12 mois ; 21% depuis 2008). Pour autant, leur qualité de crédit est inférieure à celle des entreprises allemandes ou britanniques : 42% des entreprises françaises de l'échantillon sont notés entre " B-" et " CCC" , contre 34 % au Royaume-Uni et 36 % en moyenne en Europe. Ce phénomène pourrait s'expliquer par le coût dissuasif des procédures de faillite, et les incitations à préserver l'emploi.

(1) L'étude concerne un échantillon de 678 entreprises de la " catégorie spéculative" en Union européenne, Islande, Norvège et Suisse. 61% sont domiciliées en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. Les entreprises grecques et chypriotes représentent 1,4% de l'échantillon.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant