Les déclarations d'intérêt des parlementaires numérisées par des internautes

le
0
Les déclarations d'intérêt des parlementaires numérisées par des internautes
Les déclarations d'intérêt des parlementaires numérisées par des internautes

Une semaine après leur publication, les déclarations d'intérêts et d'activités de quelque 900 parlementaires ont été numérisées grâce à "8.000 citoyens", s'est félicité le collectif Regards Citoyens vendredi dans un communiqué."Comme nous avions pu le faire par le passé pour explorer les auditions des rapports parlementaires, nous avons ouvert quelques heures après la publication des documents par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) un site invitant les citoyens à une opération de +crowdsourcing+, visant à ressaisir dans un format lisible par tous les intérêts déclarés par les parlementaires", écrit le collectif dans son communiqué."L'engouement sur internet a été très rapide: quelques heures à peine après l'ouverture du site, des milliers de citoyens numérisaient les informations à un rythme frénétique atteignant jusqu'à 14.000 saisies en une heure! Tout juste une semaine plus tard, la numérisation complète, qui aurait probablement pris plusieurs mois à la HATVP, est désormais achevée grâce à la participation de 7.924 citoyens!" se félicite Regards Citoyens."Si les importants revenus d'une petite minorité de nos élus ont déjà fait les gros titres de la presse, un bilan global sur les intérêts déclarés et la validité de ces déclarations n'a pas encore pu être établi: en effet, la HATVP n'a publié que des versions scannées de ces déclarations manuscrites, préférant attendre le développement futur d'un site de télédéclaration pour pouvoir assurer réellement l'accès en Open Data", relève-t-on.Les déclarations, qui n'avaient pas toutes le même modèle, étaient d'ailleurs parfois remplies avec une écriture difficilement lisible, compliquant leur compréhension."En l'état, il n'était donc pas possible de rechercher facilement dans l'ensemble de ces documents, ni de tirer de conclusions statistiques à partir des quelques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant