Les débuts en pro de George Best

le
0
Les débuts en pro de George Best
Les débuts en pro de George Best

Il y a 52 ans jour pour jour, le public d'Old Trafford faisait la connaissance avec un gamin de 17 ans qui venait de signer son premier contrat pro : un certain George Best, mis une première fois dans le grand bain par un Matt Busby qui le surveillait depuis deux ans. Des débuts difficiles, mais plutôt réussis face à la rugueuse formation de West Bromwich Albion.

L'histoire de l'arrivée de George Best à Manchester est connue, celle de ses débuts en pro un peu moins. Pour ce qui est des conditions de son intégration à United, c'est le scout du club à Belfast qui avait flashé sur cet ado génial mais chétif, trop chétif pour tous les autres émissaires de grands clubs qui s'étaient intéressés à lui jusqu'alors. D'un télégramme du dénommé Bob Bishop où il était écrit " Je crois que j'ai trouvé un génie ", Matt Busby se décide et fait venir Best en Angleterre. Les débuts sont pénibles : après seulement 24h, le gamin décide de fuguer pour rentrer chez lui en Irlande du Nord. Son père le convainc d'y retourner, pour une formation à la dure, avec en parallèle du foot un petit boulot de coursier. Ce n'est qu'au printemps 1963, à ses 17 ans, qu'il signe un premier contrat pro. Lors des célébrations d'après la victoire de MU en FA Cup face à Leicester, à la fin de la saison 62/63, Dickie Best – le daron – prend à part Busby et lui demande si son fiston aura un jour sa chance en équipe première. Car si ce n'est pas le cas, un boulot l'attend à Belfast, alors inutile de fantasmer sur une hypothétique carrière. Bientôt, il aura sa chance, lui promet l'entraîneur qui, de fait, surveille depuis pas mal de temps déjà ce drôle de jeune homme qu'il imagine bien s'entendre en attaque avec Bobby Charlton et Denis Law. Les trois formeront effectivement ce qu'on appellera la " Sainte Trinité " de United, celle qui causera tant de déboires aux adversaires les saisons suivantes.

" J'ai encore des marques de tes tacles "


Au début de l'exercice 63/64, Busby lance d'abord un autre jeune du club en premier, David Sadler, 17 ans, comme Best. Ce dernier est finalement convoqué pour le match du 14 septembre à domicile face à West Bromwich Albion, mais il croit d'abord n'être que le douzième homme, à une époque où il n'y a pas encore de remplaçants. Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'un des habituels titulaires, Ian Moir, est blessé à l'aine et est incertain. " Le boss (Busby, ndlr) m'a laissé manger mon lunch sans me dire que j'allais jouer l'après-midi, raconte Best dans son autobiographie. C'est malin, car s'il m'avait prévenu, j'aurais été incapable de manger une bouchée. " Pourtant, dans le vestiaire, juste avant le coup d'envoi, le gamin ne laisse rien paraître de sa peur. La légende raconte qu'il était assis dans son coin, à lire tranquillement le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant