Les déboires de la banque Dexia ont coûté 6,6 milliards d'euros à la France

le
12
Les déboires de la banque Dexia ont coûté 6,6 milliards d'euros à la France
Les déboires de la banque Dexia ont coûté 6,6 milliards d'euros à la France

L'addition est salée. Les déboires de la banque franco-belge Dexia, en cours de démantèlement, ont coûté 6,6 milliards d'euros à l'Etat français, selon un rapport de la Cour des comptes rendu public ce jeudi. La facture pourrait même s'alourdir si une recapitalisation était de nouveau nécessaire, estiment les sages de la rue Cambon. Sauvé une première fois en 2008 par les deux Etats actionnaires, le groupe bancaire avait été recapitalisé à hauteur de 5,5 milliards d'euros.

Dans un volumineux rapport de plus de 200 pages, intitulé «Dexia : un sinistre coûteux, des risques persistants», la Cour des comptes accable la gestion de cet établissement, en particulier sa stratégie de croissance dans les années 2000 qui s'est poursuivie alors que les premiers signes de la crise de 2007 étaient déjà apparus. «La croissance envisagée (...) a été accélérée alors que la crise démarrait à l'été 2007. Le conseil d'administration n'en a pas anticipé les conséquences pour Dexia», déplorent, dans leur rapport, les magistrats de la Haute juridiction.

«Dexia n'est pas qu'une victime de la crise financière. Dirigeants, actionnaires et superviseurs partagent la responsabilité du sinistre. Son modèle, sa gouvernance, les défaillances de régulation et supervision expliquent qu'il n'ait pas survécu aux crises de 2008 et 2011», poursuit le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, lors d'une conférence de presse organisée jeudi après-midi.

Pour lui, le problème doit se résoudre au niveau européen. «Le cas de Dexia illustre l'absolue nécessité d'améliorer la supervision et la résolution bancaire au niveau européen».

Des dizaines de collectivités ont attaqué Dexia

La banque Dexia est aussi connue pour avoir mis dans la panade de nombreuses collectivités locales qui avaient contracté des emprunts dits «toxiques». Les prêts toxiques présentent des taux de remboursement très bas les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le vendredi 19 juil 2013 à 11:58

    Peu importe qu'ils soient de droite ou de gauche, ils ont été tous formatés avec le même moule de fonctionnaires, c’est le même panier de crabes; même minoritaires, comme la gangrène, ils sont toujours là et s'échangent les places car la soupe est bonne ! Ils se tiennent tous les uns les autres par la barbichette ! Le problème en attendant, c’est que le contribuable français, lui, paie toujours la facture et puis, il n'y a jamais de coupable chez le politique bien qu’ils en ont tous croqués !

  • alainb57 le vendredi 19 juil 2013 à 11:00

    Personne ne remarque que , pour une fois, ce ne sont pas les Socialistes les responsables ? Personne ne critique CHIRAC/ SARKOZY ? C'est pourtant sous leurs "règnes" que ceci est arrivé. Ah , la pensée unique , c'est beau .......

  • campaspe le vendredi 19 juil 2013 à 07:27

    et avec le peu d'efficacité des lois de séparation des banques en train d'être votées Dexia risque de n'être que la première...

  • muck12 le jeudi 18 juil 2013 à 22:23

    quand on dirige avec des abru tis genre ENA HEC on obtiens ce résultat

  • rob.loup le jeudi 18 juil 2013 à 19:33

    a fortunos ,Dexia est une banque publique issue de la fusion du credit communal belge et du crédit local français en 1996 .Gageons tout comme le crédit lyonnais ,le comptoir des entrepreneurs aucun dirigeants de cette banque ne sera inculpé Nous autres passons à la caisse

  • bsr16 le jeudi 18 juil 2013 à 18:44

    comment peut il en etre autrement nous sommes gouvernés par des breles il n'y a qu'a voir la situation dans laquelle nous nous trouvons...et c'est pas fini

  • fortunos le jeudi 18 juil 2013 à 18:20

    cela ne doit pas etre vrai,on m avait dit qu il n y avait que les banques nationalises comme le Credit Lyonnais qui coutait a l'Etat,nous aurait-on menti?

  • gnapi le jeudi 18 juil 2013 à 17:56

    Un net distingo doit être fait entre la multitude de fonctionnaires catégorie C et ces hauts fonctionnaires qui baffouent les valeurs de la République par intérêt. Régime spéciaux, avantages en nature ... tout est à revoir.

  • gnapi le jeudi 18 juil 2013 à 17:55

    Dans le cas contraire, ces 'hors classe' pourrait voir réduire leurs abattement fiscaux et autres aménagement au titre du service public en considérant que leur position leur permet déjà d'être à l'abri du besoin.

  • gnapi le jeudi 18 juil 2013 à 17:54

    Je me demande à quoi servent nos hauts fonctionnaires ?Est ce vraiment le service public et de la République, le souci du bien être général qui les anime ?