Les danses milanaises d'Andrea Pirlo .

le
0
Les danses milanaises d'Andrea Pirlo .
Les danses milanaises d'Andrea Pirlo .

Non, Andrea Pirlo n'est pas milanais. Né à Flero, en Lombardie, il se dit fièrement bresciano. Aujourd'hui, il est même carrément turinois, étant depuis 2011 le symbole flamboyant d'une Juventus impitoyable. Mais durant treize longues années, de 1998 à 2011, L'Architecte aura été considéré comme un patrimoine de la grande cité lombarde. Jeune supporter de l'Inter, puis joueur frustré de la période la plus instable de la présidence de Moratti, et enfin maestro du Milan de Carlo Ancelotti. Musique.

Au milieu des années 90, lors de sa première étape à Brescia, l'adolescent Andrea Pirlo est un habitué du second anneau de San Siro, d'après le Corriere della Sera. Il y va voir son Inter : Dennis Bergkamp, Giuseppe Bergomi, Maurizio Ganz, Nicola Berti ou encore Roberto Carlos. Quelques années plus tard, Pirlo a 19 ans lorsqu'il rencontre Massimo Moratti pour la première fois. Nous sommes en 1998, et le meneur de jeu de Brescia a déjà 48 matchs pro dans les jambes. Pour sa première saison en noir et bleu, celui qui joue alors trequartista – il est "le nouveau Baggio " - dispute 32 matchs toutes compétitions confondues, malgré la concurrence et l'instabilité. L'Inter est alors dramatique, et Pirlo voit défiler quatre entraîneurs en une saison.

" Je me réveillais le matin, et je ne savais même plus qui allait nous entraîner", écrira-t-il dans son autobiographie Je pense donc je joue. En 1999, Marcelo Lippi arrive, mais les arrivées de Jugovic et Di Biagio, ou encore le bon semestre de Recoba à Venise (11 buts en 19 matchs en prêt) envoient Pirlo en prêt à son tour. Cagliari veut une option d'achat, Moratti refuse et le milieu de 20 ans part porter un numéro 30 anonyme à la Reggina. Aux côtés de Mohamed Kallon, il marque 6 buts avant de remporter l'Euro des moins de 21 ans sous les ordres de Marco Tardelli (il finira même meilleur buteur de la compétition). De retour à l'Inter, Pirlo n'a pas plus de temps de jeu. Si les carrières des footballeurs sont des danses, il est juste de croire que celle d'Andrea Pirlo démarre sur un faux pas.
L'histoire gâchée d'un " amour inconditionnel "
Quand Lippi est remplacé par Tardelli en octobre, l'Italie est convaincue que le talent du Bresciano va enfin danser sur le bon pied. " J'avais gagné l'Euro des moins de 21 ans avec lui (Tardelli, ndlr.). Peut-être qu'il ne m'a pas reconnu à l'Inter, mais le fait est que je n'ai jamais joué. J'étais mal, je souffrais. Combien de fois j'aurais aimé lui dire "tu sais où tu peux te la mettre, cette célébration qui t'a rendu célèbre ?" ( ) Quand je vois Lippi, ça me rappelle que s'il était resté le coach de l'Inter, je serais probablement devenu une légende là-bas. " Le barbu poursuit : " A cause de lui (Tardelli) et du déclin de l'équipe, je n'ai pas voulu rester plus longtemps. Ils ont empêché l'histoire d'un amour...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant