Les dangers de la pollution prouvés par les JO de Pékin

le
0
Profitant de la réduction de la pollution atmosphérique pendant les Jeux olympiques de Pékin en 2008, des chercheurs ont fait des analyses prouvant que la mauvaise qualité de l'air augmentait les risques de maladies cardio-vasculaires.

Pour pouvoir organiser les Jeux olympiques et paralympiques à Pékin en 2008, les autorités chinoises ont dû s'engager à diminuer de façon drastique la pollution atmosphérique. Des usines se sont arrêtées ou ont ralenti leurs activités; un système de circulation alternée a été mis en place pour réduire le trafic automobile. Résultat, pendant plusieurs semaines, les émissions des gaz issus de la combustion du charbon et du pétrole ont chuté de près de 50 %, et les concentrations de particules fines, particulièrement dangereuses pour la santé, ont baissé d'un peu plus de 25 %.

Une équipe de chercheurs de l'université de Rochester (États-Unis) a saisi cette occasion pour voir si cette amélioration de la qualité de l'air avait des conséquences mesurables sur les organismes et lesquelles. «La pollution atmosphérique augmente le risque de maladies cardio-vasculaires, mais on ne connaît pas les mécanismes qui entrent en jeu dans ce processus», soulignent en e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant