Les cyberattaques sur smartphones devraient connaître une recrudescence

le
0
Les cyberattaques sur smartphones devraient connaître une recrudescence
Les cyberattaques sur smartphones devraient connaître une recrudescence

Une forte croissance des attaques visant les smartphones, très vulnérables actuellement est redoutée dans les prochaines années, les pirates profitant de la négligence et de la naïveté des utilisateurs dans leur navigation sur internet."Le marché du mobile est régi par l'innovation et se concentre sur l'ajout de fonctionnalités liées au marketing plutôt que sur la sécurité et le respect de la vie privée", résume James Lyne, interrogé en marge du Congrès mondial de la téléphonie mobile qui s'achève jeudi à Barcelone.Responsable de la sécurité globale chez Sophos, il pointe du doigt la responsabilité des fabricants dans l'insuffisante sensibilisation des consommateurs, qui sont seulement 40% à utiliser un code PIN.Lors de la présentation dimanche du Galaxy S6 à Barcelone, Samsung a insisté sur son apparence, sa recharge sans fil ou la qualité de son appareil photo mais pas sur sa protection anti-virus.Pourtant, explique à l'AFP Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France, "on vit avec les smartphones ce qu'on a expérimenté avec les PC il y a 15 ans. Il y a de plus en plus de problèmes de sécurité car avec leur puissance de calcul ce sont de véritables petits ordinateurs, connectés en permanence". - Des risques mais pas d'inquiétude - L'étude la plus récente de cette société spécialisée dans les antivirus montre que 28% des utilisateurs ignorent tout ou presque des logiciels malveillants mobiles, faisant le jeu des cybercriminels.Chose plus surprenante, 26% des personnes interrogées ont conscience des risques mais ne s'en inquiètent pas.Cette irresponsabilité incite depuis deux ans environ les cybercriminels à viser davantage les smartphones.Selon Alcatel-Lucent, 16 millions de personnes en auraient été victimes en 2014."On est sur des croissances en volume parfois supérieures à 400% de trimestre à trimestre", même si on reste encore loin des attaques sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant