Les crises au Mali menacent la sécurité du Sahel

le
0
Les divisions se font de plus en plus profondes au Mali : le Sud se remet du coup d'état du 22 mars tandis que la moitié nord est aux mains de la rébellion touareg, elle-même hétéroclite.

Le Mali s'enfonce dans ses crises. Le pays apparaît chaque jour un peu plus divisé, coupé en deux moitiés qui s'ignorent. Au Sud, Bamako peine à se remettre du coup d'État du 22 mars qui a balayé les institutions légales. Officiellement, un accord-cadre, signé début avril par l'entremise de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a permis à la junte de remettre le pouvoir à un président et un gouvernement légitimes. Mais un mois plus tard, ces derniers peinent toujours à s'imposer. L'insurrection, le 1er mai, dans la capitale d'une poignée de bérets rouges, des parachutistes proches du chef de l'État renversé, a servi d'illustration.

Ce contre-coup d'État fut maté en quelques heures par les bérets verts, fidèles aux putschistes. À cette occasion, c'est le soi-disant ex-chef des putschistes, le capitaine Haya Sanogo, qui est apparu à la télévision pour rassurer les populations. Le président Dioncounda Traoré est longtemps rest

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant