Les crimes de guerre en Syrie ne doivent pas être amnistiés-Onu

le
0
    GENEVE, 1er février (Reuters) - Affamer la population civile 
en Syrie pourrait être qualifié de crime de guerre et de crime 
contre l'humanité dont les auteurs devront être jugés et ne pas 
être couverts par une quelconque amnistie liée à la fin de la 
guerre, a estimé lundi le Haut Commissaire des Nations unies aux 
droits de l'homme. 
    "Dans le cas de la Syrie, nous sommes là pour rappeler à 
chacun que, là où il y a des allégations qui atteignent le seuil 
des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité, les 
amnisties ne sont pas admissibles", a déclaré Zeid Ra'ad Al 
Hussein, qui s'exprimait lors d'un point de presse à Genève. 
    Il a précisé qu'il faisait allusion aux personnes qui 
meurent de faim à Madaya, et au siège de 15 autres localités en 
Syrie. Ce ne sera "pas simplement un crime de guerre mais un 
crime contre l'humanité, si les faits sont avérés devant les 
tribunaux", a dit le Haut Commissaire. 
 
 (Stephanie Nebehay; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant