Les craintes d'un appel au marché de Deustche Bank de retour

le
0
LA PERTE DE DEUTSCHE BANK FAIT CRAINDRE UN APPEL AU MARCHÉ
LA PERTE DE DEUTSCHE BANK FAIT CRAINDRE UN APPEL AU MARCHÉ

FRANCFORT (Reuters) - La perte nette record de 6,7 milliards d'euros désormais prévue par Deutsche Bank pour 2015, conséquence de dépréciations, du coût des litiges et des charges de restructuration, a relancé les spéculations sur la possibilité de voir le groupe lever des capitaux frais pour renforcer le bilan.

A la Bourse de Francfort, l'action Deutsche Bank perdait 4,91% à 16,85 euros en début de séance jeudi, la plus forte baisse de l'indice Dax comme de l'indice paneuropéen Stoxx 600.

Le titre, qui a touché dans les premiers échanges un plus bas de sept ans à 16,65 euros, a perdu 21% depuis le 1er janvier et plus de 35% depuis le 1er juillet, sous-performant l'indice européen des valeurs bancaires.

Après avoir surpris les marchés en octobre en annonçant une perte de 6,2 milliards au titre du seul troisième trimestre, la première banque allemande a déclaré mercredi soir s'attendre à une perte supplémentaire d'environ 2,1 milliards pour le quatrième trimestre.

Ce résultat intégrera entre autres des charges de litiges de 1,2 milliard, mais aussi des coûts de restructuration et des indemnités de départ d'un montant total d'environ 800 millions, qui concernent principalement la banque de détail.

DES ANALYSTES ÉVOQUENT DE NOUVEAUX RISQUES

Deutsche Bank a annoncé en octobre son intention de supprimer 15.000 emplois et de céder des actifs représentant quelque 20.000 salariés supplémentaires dans le cadre de la restructuration en profondeur mise en oeuvre par son nouveau président du directoire John Cryan afin d'améliorer la rentabilité.

Ce dernier, à la tête de l'établissement depuis juillet, a également confirmé que la banque passerait les dividendes de 2015 et de 2016 pour assainir son bilan et payer ses erreurs du passé.

"Nous avons identifié de nouveaux risques liés aux litiges, estimés à 3,6 milliards d'euros supplémentaires pour 2016, ce qui nécessitera probablement une augmentation de capital", écrivent les analystes de Citi, qui ont sur la valeur une opinion "neutre/risque élevé" et ont abaissé leur objectif de cours de 27 à 20 euros.

Les analystes de Goldman Sachs, à "neutre" eux aussi, expliquent que les risques liés aux litiges devraient persister pendant "une période de plusieurs années". Mais même en excluant ce facteur, la tendance sous-jacente semble faible, ajoutent-ils.

Moins négatif, Daniele Brupbacher, analyste d'UBS, même si la relance tentée par John Cryan pèse sur le résultat net pendant un certain temps, la banque devrait parvenir à se redresser sans faire appel au marché.

Deutsche Bank, qui doit publier le 28 janvier ses résultats annuels détaillés, a précisé mercredi soir que son ratio de fonds propres "Common Equity Tier 1" (CET1) devrait être proche de 11% à fin décembre.

(Arno Schütze et Maria Sheahan; Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant