Les courses par internet, un contre la montre pour les employés

le
0
Les courses par internet, un contre la montre pour les employés
Les courses par internet, un contre la montre pour les employés

Pour le consommateur, le drive c'est simple et rapide: quelques clics sur internet, et direction le point relais pour récupérer ses courses. Mais pour les préparateurs, c'est une véritable course contre la montre, à la chorégraphie millimétrée, qui s'engage dès que le client a validé sa commande.Au Leclerc de Roques-sur-Garonne (Haute-Garonne), le premier ouvert par le groupement d'indépendants en 2007, la méthode est bien rodée. Avec un objectif clair: "livrer" les courses dans le coffre du client moins de 5 minutes après son arrivée sur le site, aux allures de station-essence avec ses bornes de retrait en quinconce."Nous voulons aussi raccourcir au maximum le délai entre la validation sur internet et le moment du retrait", explique Steve Houliez, adhérent Leclerc. Si dans la plupart des drives, il faut compter minimum deux heures, "chez nous, le retrait peut aussi être parfois quasi-immédiat", assure-t-il.Pour cela, Leclerc a "rationalisé" le modèle drive - inventé par l'un de ses principaux rivaux, Auchan - mettant au point une organisation quasi-militaire, pour éviter toute perte de temps."Grâce aux rodages et aux améliorations constantes, on met aujourd'hui 10 fois moins de temps à préparer une commande qu'en 2007", explique Claudie, préparatrice.Pour cela, 90% des drives Leclerc disposent d'un entrepôt dédié, avec un personnel spécifique. Le modèle de "picking en magasin", adopté par d'autres distributeurs, étant pour Pascal Payraudeau l'initiateur du modèle drive chez Leclerc, "une catastrophe" en termes de rapidité et de rentabilité.Dès que la commande est passée sur internet, elle est aussitôt transférée sur les "scanettes" des préparateurs.Ceux-ci s'arment alors de cet instrument et d'un caddie, et se lancent dans la course aux produits - chaque drive en contient en moyenne 7.500 - à travers des allées, identifiées par une lettre, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant