Les cours du pétrole, sous 100 dollars, n'inquiètent pas encore

le
0
LES COURS DU PÉTROLE, SOUS 100 DOLLARS, N'INQUIÈTENT PAS ENCORE
LES COURS DU PÉTROLE, SOUS 100 DOLLARS, N'INQUIÈTENT PAS ENCORE

par Alex Lawler et Rania El Gamal

LONDRES/DUBAI (Reuters) - Les cours du pétrole, tombés lundi sous les 100 dollars le baril, se rapprochent de niveaux susceptibles de fragiliser la situation financière de certains membres de l'Opep, qui commencent à s'inquiéter de la surabondance de l'offre.

Le cours du Brent est tombé lundi sous ce seull de 100 dollars pour la première fois depuis 14 mois, affecté par les inquiétudes sur le rythme de la croissance économique mondiale et une offre jugée trop importante.

L'Arabie saoudite, principal exportateur de l'Opep, est favorable à un cours évoluant autour de 100 dollars, un avis partagé par beaucoup des onze autres membres du groupe.

Des délégués de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont déclaré lundi qu'ils ne s'alarmaient pas dans la mesure où la demande hivernale devrait soutenir les prix.

Le niveau de l'approvisionnement commence cependant à susciter des inquiétudes.

"En ce qui concerne les craintes sur la baisse des cours du pétrole, c'est le résultat d'une faible demande et d'une offre excédentaire surtout en provenance des Etats-Unis et de la reprise des exportations de Libye, du Nigeria et de l'Iran", dit un délégué de l'Opep. "Mais la géopolitique est là et l'hiver approche, ce qui devrait soutenir les cours".

Un autre délégué de l'Opep jugeé que les cours étaient sous pression en raison de la surabondance de l'offre, ce que certains pays membres surveillaient.

L'essor de l'huile de schiste aux Etats-Unis fait gonfler l'approvisionnement mondial. Au sein de l'Opep, la production libyenne a augmenté et les exportations irakiennes n'ont dans l'ensemble pas été affectées malgré les conflits, tandis que la production a augmenté au Nigeria et en Iran.

BAISSE TEMPORAIRE

Cependant, la plupart des responsables de l'Opep contactés par Reuters maintiennent que la baisse des prix sera de courte durée.

"La baisse des cours est temporaire. Ils sont encore dans une fourchette acceptable. Il n'y a pas de véritable crainte", explique le représentant d'un pays membre.

L'Opep ne fixe pas officiellement d'objectif de cours et il faudrait que les prix baissent encore pour sortir de la zone considérée comme acceptable par le ministre saoudien du pétrole. En juin, Ali al Naimi avait déclaré que "100 dollars, 110 dollars, 95 dollars, c'est un bon prix".

Selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI), les cours actuels sont confortables pour les principaux membres de l'Opep mais ils sont inférieurs aux niveaux nécessaires pour l'équilibre budgétaire de certains pays membres, comme l'Irak, l'Iran et l'Algérie.

L'Opep a comme objectif de produire 30 millions de barils par jour, un niveau qui a été dépassé en août selon une enquête Reuters, notamment en raison de la hausse de la production en Libye.

L'Opep n'a pas prévu de se réunir pour revoir le niveau de sa production avant novembre.

L'Arabie saoudite, le Koweït et les Emirats arabes unis pourraient cependant réduire l'approvisionnement de façon informelle pour faire de la place à une reprise encore plus marquée en Libye, avait déclaré une source de l'Opep en août. Mais rien ne montre qu'un tel ajustement ait eu lieu.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant